• Jade est cantonaise. Etudiante en France, elle posait pour gagner un peu d'argent. Elle avait d'ailleurs déjà posé en Chine, on voyait bien qu'elle n'était pas novice dans ce métier de modèle.

    Ses études terminées elle est retournée à Canton, elle me manque beaucoup.

    J'ai choisi de vous montrer aujourd'hui quelques portraits et nus que j'ai fait d'elle. Elle m'évoquait l'Asie multiple et éternelle...

     

     Sensuelle...

     

     

    Pastel sur papier Tiziano

     

    Mélancolique...

     

     

    Pastel sur papier Canson

     

    Soucieuse...

     

     

    Pastel sur papier Canson

     

    (à suivre...) 

     


    6 commentaires
  • Ce sont les premières céramiques que j'aie créées. J'ai fait une série de trois tableaux de céramique à partir du même dessin exécuté en dix minutes, aux Beaux-Arts, devant un modèle vivant que j'aimais beaucoup. Une pose décontractée, naturelle, nonchalante...du grand art. Elle m'inspirait beaucoup.

     

    Pour la toute première céramique projetée, j'ai visé la simplicité. De la terre blanche vernissée d'un émail incolore, sur un fond de bois peint en rouge sang, avec des lignes donnant un peu de perspective, de profondeur, au tableau. Le visage n'est pas précisé. Le jeu des lignes est primordial.

     

    Chaque pièce de ce puzzle est dessinée puis découpée dans une plaque de terre, séchée, poncée, cuite une première fois. Puis elle est émaillée et cuite une seconde fois.

     

     

    Tout de suite j'ai eu envie d'enchaîner sur une seconde version bien plus vive, avec le contraste rouge/vert que j'adore.

    Terre blanche vernissée pour le corps, mais les coussins et les drapés sont émaillés en rouge et orange, puis craquelés avec un émail de craquelage spécial qui fait chatoyer les couleurs. L'accent est mis sur la couleur. Le visage est dessiné par de simples traits creusés dans l'argile.

     

     

    Pour la troisième version, j'ai calmé le jeu. Le corps est en terre rose. J'ai utilisé un camaïeu d'engobes bleu doux. Les coussins sont vernissés et brillants. Les drapés sont restés mats, mais ils sont en relief. Le visage est peint en oxyde brun. Le fond est entièrement recouvert de plaques de céramique colorées par un engobe bleu-gris.

     

     

     

    3 Céramiques sur bois format environ 50 x 60 


    4 commentaires
  • Cette scène d'atelier est une des premières que j'aie peinte.

    C'est une tranche de vie ! Le modèle pose, et les artistes s'appliquent à peindre ou dessiner, dans cet atelier où règne un joyeux capharnaüm.

     

    C'était en 2005 ! Depuis, j'en ai peint plus de 60, toujours en y prenant un plaisir fou. D'ailleurs rien que d'en parler ici, cela me donne envie de me retrouver dans la situation d'en faire une !

     

    Ces scènes, mes collègues de l'atelier les adorent, ils y retrouvent l'ambiance qu'ils y vivent et aiment beaucoup s'y reconnaître lorsque je les représente, même si je les caricature un peu .

     

     

    Le dessin est fait directement à la plume, ensuite les couleurs sont posées à l'aquarelle sur un papier 200g  de 30 x 40.


    6 commentaires
  •  

     

    Huile sur toile


    8 commentaires
  • J'ai fait un stage de modelage et de moulage. Nous étions une petite dizaine de participants

     

    Le modèle a posé pendant deux jours, ce qui m'a permis de faire un grand buste en terre.

     

    Ce buste a servi de matrice pour faire un grand moule en plâtre, et ensuite j'ai pu faire un "tirage" de ma statue avec de la poudre de marbre mêlée à de la résine. C'était un travail difficile, et assez physique, mais j'étais ravie d'apprendre.

     

    La statue en marbre reconstitué est sortie du moule de plâtre toute rugueuse, avec des balèvres, pas jojo, la petite !

    Il a fallu de longues heures de polissage, ensuite, pour lui donner ce satiné qu'on voit sur la photo.

     

     

     

     

     

    Quand au buste original en terre, j'ai pu le creuser, le cuire, et je l'ai offert à ma fille, ravie !

     

    J'ai pu aussi garder le moule en plâtre et en tirer un autre exemplaire, mais c'est une autre histoire. Alors...à suivre !





    8 commentaires
  • Je fréquente un atelier d'art depuis des années. Je fais partie des meubles, maintenant, et le professeur ne me dit plus grand-chose pour me corriger, il s'accomode de mes défauts incorrigibles . J'y vais parce que j'aime l'ambiance, parce qu'on y travaille vraiment bien, et que je profite des modèles vivants de qualité qui viennent poser. Chacune ou chacun a ses attraits, ils m'apportent beaucoup.

    Voici quelques dessins d'un de mes modèles préférés, j'en ai plusieurs, et je commence mes présentations par un garçon : Fabian.

    Fabian est danseur, il posait il y a déjà quelques années, ces dessins sont assez anciens et  loin d'être parfaits. Les mains sont souvent trop grandes et sur le 3è dessin le buste est beaucoup trop long : pas ma faute, il y avait tant de muscles à dessiner !

    Fabian ne vient plus poser pour nous. Il a été engagé dans une troupe de danseurs et est parti à Berlin.

    Les danseurs sont la plupart du temps d'excellents modèles, ils ont une belle conscience de leur corps, ceci explique cela.

     

     

     


    votre commentaire
  • J'ai passé quelques années de ma jeunesse en Afrique.

    Là-bas les femmes portaient des boubous colorés qui enchantaient mes yeux de gamine.

     

    Il y a quelques années, une association franco-africaine organisait chaque année une exposition sur le thème de l'Afrique et j'y participais.

     

    Une des séries que j'ai faites pour cette occasion réveillait mes souvenirs de ces boubous éclatants.

     

     

     

    Peintures aux pastels secs sur Canson


    32 commentaires
  • Une artiste spécialiste du Raku nous a fait l'honneur de venir poser pour nous à l'atelier. Elle n'est pas mignonne ?

     

    C'était en...2004...Déjà 8 ans !

     


    12 commentaires
  •  

     

    Merisier en fleurs

     

    L’opération Blog zéro Carbone consiste à lancer une grande opération de reboisement par et pour la blogosphère.

    Cet organisme écologique propose de compenser les émissions de CO2 de votre blog en plantant un arbre en France.

    Chez moi plein d'arbres ont été plantés, et ma production de CO2 doit être largement compensée, déjà...

     

    Mais comme j'adore les arbres, je participe ! D'autant plus que ces arbres seront plantés en Bretagne, tout près de là où je suis née !

    Vous voyez apparaître dans la colonne de droite le badge qui en fait foi.  

    http://www.bonial.fr/environnement/blog-neutre-en-carbone/je-veux-participer/


    4 commentaires
  • Suivant les poses adoptées par le modèle le défi est différent.

     

    Si le modèle est debout, il faut penser aux proportions des membres et du corps. Il est très fréquent de faire une tête trop petite, des jambes trop longues, c’est un auto-contrôle constant. Il faut aussi que le dessin « tienne debout », que le personnage n’ait pas l’air d’être en train de tomber.

     

     

    Si le raccourci est l'angoisse du débutant, c’est par contre le bonheur du dessinateur expérimenté.

    Les proportions apprises par coeur ne servent plus à rien... Les parties du corps au premier plan sont apparemment plus grandes que celles qui sont rejetées au fond. Il faut oublier qu'on dessine un corps, surtout ne pas dessiner ce qu’on sait : se contenter de dessiner ce qu'on voit, si surprenant que cela soit.

    Ainsi, quand la tête est au premier plan, les jambes, les bras, les hanches, tout semble rattaché à la tête, le torse est invisible. 

    Si au contraire les pieds sont ce qu’on voit d’abord, la tête est toute petite, parfois invisible.

     

     

     

     

    Quelquefois un bruit court dans l'atelier : c'est un nouveau modèle !

    Parfois une découverte, parfois une déception. Parfois elle plaît, se plaît, et elle revient.. Parfois l’angoisse qu’elle éprouve dans cette situation nouvelle transparaît et crée une émotion qui rejaillit sur nos dessins.

    L’une d’elle posait de façon naturelle, aisée, mais on ne l'a jamais revue. Un défi qu'elle s'était lancé, peut-être.

    Le plus souvent la première séance est hésitante, les poses raides et maladroites. Puis, si elle revient, elle se sent de plus en plus à l’aise, et ses poses s’améliorent. Mais certaines ont d’emblée le don de se tenir le plus naturellement du monde de façon intéressante pour le dessinateur. Elle est posée là, tranquille. Parfois elle a l'air de dormir, ce laisser-aller apparent, c'est du grand art, un savoir qui ne s'apprend pas.

     

     

     

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires