• Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

     

     

    Giovanni Strazza (1818 - 1875) est un sculpteur lombard formé à Rome par Pietro Tenerami. Lié au néoclassicisme académique, son œuvre révèle également les influences du romantisme tardif.

     Ce qui a attiré mon attention, c'est cette façon incroyable de sculpter dans le marbre des voiles diaphanes. 

     

    Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Il n'a pas sculpté que de pudiques vierges, mais a aussi représenté des beautés suggestives, façon "t-shirt mouillé"...wink2 

     

     Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Etonnant, non ? 


    26 commentaires
  •  

    Le jour où un modèle homme a été annoncé pour la séance de peinture, j'ai amené ma toile pour le portrait du centre.

    Surprise ! Le modèle, bien qu'annoncé par un prénom bien français était un asiatique.

    Un asiatique ? pourquoi pas...

    J'ai donc placé ce monsieur au centre de mon tableau. Le voici au bout d'une heure :

    Carré de Dames (8)

     

    Et le portrait masculin en fin de séance.

     

    Carré de Dames (8)

     

    Il est ressemblant, assez souriant, mais je ne suis qu'à moitié satisfaite. sarcastic

    Et vous, qu'en dites-vous ?

    A suivre...


    12 commentaires
  •  Dix minutes

     

    Nu assis

    Encre noire aquarellée sur papier aquarelle environ 32 x 25


    12 commentaires
  •  

     Le portrait de Cécilia à la fin de la séance.

    Carré de Dames (7)

     

    Voici le carré de dames. Il me reste la case du milieu.

    Un moment j'ai pensé à un auto-portrait...mais j'ai renoncé.

    Et j'ai pensé à un homme, mais c'est rare d'avoir un modèle homme à l'atelier d'art. Alors j'ai attendu...

     

    Carré de Dames (7)

     

    A suivre...


    10 commentaires
  •  

     Une silhouette très africaine.

    Dix minutes.

    Nu sanguine

    Sanguine sur papier machine A3


    10 commentaires
  •  

    Et quelle chance encore, pour mon quatrième portrait, d'avoir pour modèle la merveilleuse Cecilia !

    Le portrait après une heure de travail.

     

    Carré de Dames (6)

     

    Et la voilà 20 minutes avant la fin ! 

     

    Carré de Dames (6)

     A suivre...


    8 commentaires
  •  

    Deux fois dix minutes.

    Cecilia, deux poses couchées

    Encre et aquarelle sur papier aquarelle 32 x 46


    9 commentaires
  •  

    Édouard Vuillard, 1868 - 1940 est un peintre français. Il était peintre de figures, portraits, intérieurs, natures mortes, dessinateur, graveur, illustrateur, peintre de compositions murales et de décors de théâtre.

    En 1889, il se joint à un petit groupe d'artistes de l'Académie Julian, avec Maurice Denis et Pierre Bonnard qui réalisent des oeuvres marquées de symbolisme et de spiritualité, et se baptisent la "confrérie des Nabis" ( nabis signifiant "prophètes ", en hébreu ), tout en se revendiquant des travaux de Paul Gauguin.
    Il s'agit pour eux de se libérer de toutes les conventions académiques et en particulier de la reproduction fidèle de la nature ou de la scène observée. L'important est la réalité propre du tableau. Ils pensent qu'il faut faire entrer l'art dans la vie, c'est pourquoi ils sont très intéressés par la décoration.

     

     J'ai délibérément décidé de vous présenter parmi toutes les oeuvres foisonnantes de Vuillard, deux tableaux que je trouve particulièrement intéressants, de par le choix de l'artiste d'utiliser des formes simples et des à-plats de couleurs vives, parmi lesquelles le jaune pur donne une puissance extraordinaire à la lumière.

     

    Voici donc : "L'élégante"

     

    Edouard Vuillard

     

    et aussi : "l'auto-portrait hexagonal"

     

    Edouard Vuillard

     

    Une autre fois peut-être je vous présenterai d'autres facettes de son talent.


    16 commentaires
  •  

    A la fin de la séance de pose, voici le troisième portrait presque terminé.

     

    Carré de Dames (5)

     

    Et la toile avançait bien, sans heurts, sans incidents contrariants.

     

    Carré de Dames (5)

    A suivre...


    14 commentaires
  •  

    Les deux premiers portraits étant en place, à la séance suivante j'en ai commencé un troisième, toujours en atelier de modèle vivant.

     

     

    J'ai eu de la chance, parce que l'emplacement convenait parfaitement à la pose à demi allongée du modèle, à la luxuriance de sa chevelure. C'était prometteur d'un bel équilibre pour l'ensemble de la toile.

     Voici où il en était après une heure de travail.

    A suivre...


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires