•  

     Pierre DAURA

    Né le 21 février 1896 à Minorque (Baléares). Mort le 1er  janvier 1976 à Rockbridges Bath (Virginie). Peintre de portraits, paysages, natures mortes, aquarelliste, graveur, sculpteur.

      

    Pierre Daura, artiste atypique

    Auto-portrait

     Son parrain était le violoncelliste Pablo Casals. Il fut l'élève de José Ruiz Blasco (le père de Picasso) à l'école des Beaux-Arts de Barcelone. Arrivé à Paris en 1914, il travailla dans l'atelier d'Emile Bernard. Après son service militaire à Minorque, il retourne à Paris et, en 1928, il épouse l'américaine Louise Blair.

     

     

    Pierre Daura, artiste atypique

     

    Portrait de Martha

     

    De 1918 à 1929, il participe aux expositions collectives de la galerie Dalmau de Barcelone et aux divers Salons parisiens, aux côtés des peintres catalans de Paris. Il est inventeur du sigle du groupe Cercle et Carré, mouvement éphémère auquel il participa activement.

      

    Pierre Daura, artiste atypique

    Nature morte

    Pierre Daura, artiste atypique

    Collioure

    En 1934-35, il fait un premier séjour en Virginie. Engagé volontaire dans l'armée républicaine espagnole en 1937, il est blessé à Teruel.  

    En 1939, il part se réfugier en Virginie et devint citoyen américain en 1943. Après la guerre civile espagnole, Daura sembla se désintéresser de sa carrière d'avant-garde, ne peignant plus que pour son plaisir visuel immédiat et pour quelques ventes nécessaires.

      

    Pierre Daura, artiste atypique

    Portrait

     Aux Etats-Unis, il participa à de très nombreuses expositions, notamment de 1944 à 1951, au musée de Richmond ; de 1953 à 1978 à l'Art Center de Lynchburg. 

    Dans sa globalité, l'œuvre de Daura déconcerte, quelque peu dispersé entre les diverses techniques de la peinture et de la sculpture, et surtout entre l'abstraction pure et dure de la période Cercle et Carré et les motifs figuratifs des dernières décennies. 

    (Documentation : Site Mairie de Perpignan)

    Vous pouvez voir d'autres œuvres de Daura dans la colonne de droite "Musée Virtuel".

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    12 commentaires
  •  

     Jules Bastien, dit Jules Bastien-Lepage,1848-1884 est un peintre naturaliste français. 

     

    Il est né près de Verdun, dans un milieu modeste et humble de propriétaires terriens et de paysans.

      

    Après des études sans histoire, il entre à l'Administration générale des postes en tant que surnuméraire, ce qui lui laisse le temps de travailler le dessin. À la même époque, il tente le concours de l'école des Beaux-Arts de Paris. Il ne sera pas reçu mais pourra fréquenter les cours en tant qu'aspirant. Il fréquente aussi l'atelier d'Alexandre Cabanel où il s'entraîne à dessiner. Il sera admis aux Beaux-Arts en 1868. 

     

    Peintre de la vie rurale, il aime travailler près des paysans, les suivre dans leurs occupations quotidiennes.

     

     

    Jules Bastien-Lepage

     

    Les foins

     

     

    Jules Bastien-Lepage

    La récolte des pommes de terre

     

    Parallèlement, il fait une carrière de grand portraitiste par un travail qui rappelle la facture du réalisme flamand de par ses dimensions modestes et sa technique précise. Ce sont, entre autres, les portraits du Prince de Galles, de Juliette Drouet, de Sarah Bernhardt.

     

     

    Jules Bastien-Lepage

     

    Portrait de Sarah Bernhardt

     

    Jules Bastien-Lepage n'a pas été sans être influencé par les impressionnistes, parce qu'à côté de ses œuvres naturalistes et de ses portraits minutieux, il a produit des œuvres plus floues, plus libres, qui me plaisent beaucoup.

     

     

    Jules Bastien-Lepage

    Jeune femme endormie

     

    Jules Bastien-Lepage

     

    La chaîne

     

     Jules Bastien-Lepage n'a malheureusement pas pu donner toute la mesure de son talent, il meurt prématurément à 36 ans, le 10 décembre 1884, dans son atelier de la rue Legendre, à Paris, d'une tumeur cancéreuse.

     

    Et dans mon Musée Virtuel (colonne de droite) vous pouvez découvrir ou revoir d'autres oeuvres de cet artiste.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    Gaston de La Touche, dit aussi Gaston La Touche, 1854 - 1913 est un peintre, pastelliste, aquarelliste, graveur, illustrateur et sculpteur français.

    Originaire de Normandie, il commence très tôt à apprendre le dessin. Il travaille dans l'atelier de Manet, et fréquente aussi Edgar Degas et d'autres artistes. Il illustre des nouvelles et romans d'Emile Zola.

    Ce qui me plaît à propos de cet artiste, c'est que lorsqu'une de ses toiles ne lui plaît pas, il la brûle.

    Je n'aime pas toutes ses peintures, mais j'aime beaucoup celles que je vous mets ici.

     

    Gaston de La Touche

    Le Pardon en Bretagne

     

    Gaston de La Touche

    Dans le jardin

     

    Gaston de La Touche

    Les pivoines

    Et mon préféré entre tous : 

     

    Gaston La Touche

     Le voile blanc

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    20 commentaires
  • Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

     

     

    Giovanni Strazza (1818 - 1875) est un sculpteur lombard formé à Rome par Pietro Tenerami. Lié au néoclassicisme académique, son œuvre révèle également les influences du romantisme tardif.

     Ce qui a attiré mon attention, c'est cette façon incroyable de sculpter dans le marbre des voiles diaphanes. 

     

    Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Il n'a pas sculpté que de pudiques vierges, mais a aussi représenté des beautés suggestives, façon "t-shirt mouillé"...wink2 

     

     Giovanni Strazza, sculpteur.

     

    Etonnant, non ? 


    26 commentaires
  •  

    Édouard Vuillard, 1868 - 1940 est un peintre français. Il était peintre de figures, portraits, intérieurs, natures mortes, dessinateur, graveur, illustrateur, peintre de compositions murales et de décors de théâtre.

    En 1889, il se joint à un petit groupe d'artistes de l'Académie Julian, avec Maurice Denis et Pierre Bonnard qui réalisent des oeuvres marquées de symbolisme et de spiritualité, et se baptisent la "confrérie des Nabis" ( nabis signifiant "prophètes ", en hébreu ), tout en se revendiquant des travaux de Paul Gauguin.
    Il s'agit pour eux de se libérer de toutes les conventions académiques et en particulier de la reproduction fidèle de la nature ou de la scène observée. L'important est la réalité propre du tableau. Ils pensent qu'il faut faire entrer l'art dans la vie, c'est pourquoi ils sont très intéressés par la décoration.

     

     J'ai délibérément décidé de vous présenter parmi toutes les oeuvres foisonnantes de Vuillard, deux tableaux que je trouve particulièrement intéressants, de par le choix de l'artiste d'utiliser des formes simples et des à-plats de couleurs vives, parmi lesquelles le jaune pur donne une puissance extraordinaire à la lumière.

     

    Voici donc : "L'élégante"

     

    Edouard Vuillard

     

    et aussi : "l'auto-portrait hexagonal"

     

    Edouard Vuillard

     

    Une autre fois peut-être je vous présenterai d'autres facettes de son talent.


    16 commentaires
  •  

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

    "Une femme passe derrière la fenêtre, fugitive, proche et à la fois lointaine, séparée par la croisée, mais encadrée, éternisée par celle-ci comme un tableau, une apparition aimée, ni tout à fait une autre, ni tout à fait la même …

    Monet a gardé ce tableau toute sa vie près de lui, c’était le portrait de Camille, sa première femme, qui mourut jeune hélas, et qui passe, hésitante, inaccessible, une image éphémère dans la neige blanche, un capuchon rouge et un regard inquiet."

    Blog Grillon du foyer

     

    La capeline rouge

     

    Huile sur toile, 100 x 80 cm, 1872 (W 257), Museum of Art, Cleveland (Ohio).

     

    Peint dans le jardin de la première maison de Claude Monet à Argenteuil. "Maison Aubry près l'hospice. Porte Saint-Denis à Argenteuil" (Claude Monet à Pissarro, le 21 décembre1871).

      

    Ce beau tableau de Monet m'a toujours attirée. Je le trouve émouvant.

    Camille est représentée dehors, dans le froid, encadrée par la porte, entre les rideaux. Elle semble s'éloigner, comme si cette jeune femme savait qu'elle mourrait jeune (en 1879, à 32 ans), comme si le peintre aussi le pressentait et qu'il la sentait lui échapper, déjà absente, évanescente, en retrait...

    Monet a peint plusieurs portraits de Camille, le dernier sur le lit de mort de la jeune femme.

    Après son décès, il s'est consacré au paysage et n'a plus peint de personnages que pour mettre en valeur la végétation qu'il peignait.


    18 commentaires
  •  

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

     De 1917 aux années 20, Picasso passe par une période néo-classique, étonnante car très contraire à sa peinture d’avant-garde annoncée par Les demoiselles d’Avignon et sa création révolutionnaire du cubisme.

     

      

    Cette période du néo-classicisme me plaît. Les personnages opulents, la plénitude qu'ils dégagent, les lignes courbes et le dynamisme des compositions me séduisent.

      

       

    L’atmosphère de l’idylle antique et le style du dessin sec et linéaire font référence aux figures représentées sur les vases grecs et étrusques.

     

     

    Picasso sera très critiqué pour ce retour à une peinture « académique » si difficilement combattue par les artistes de la fin du 19e siècle.

     

     

    Picasso néo-classique

     

      "Le portrait de sa femme Olga Kokhlova, Portrait d’Olga dans un fauteuil (1917, Paris, Musée Picasso) présente son modèle dans une pose hiératique convenue et très traditionnelle. Le traitement des draperies, des motifs du tissu dans le portrait d’Olga n’est pas sans rappeler – intentionnellement ? - les célèbres portraits réalisés par Ingres des dames de la haute bourgeoisie : rien n’est fortuit dans l’oeuvre de Picasso."

     

     

     

    Pour en savoir plus : VOIR ICI

     


    18 commentaires
  •  Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

    Pour continuer à vous faire partager mon environnement artistique, après Braque, voici Derain.

    André Derain, 1880 - 1954 est un artiste français et l'un des fondateurs du fauvisme.

    J'aime beaucoup cet artiste multiple ( peinture, sculpture, illustration). Sa palette lumineuse et variée me séduit.

    Et parmi ses œuvres, j'apprécie particulièrement ses portraits dont voici deux exemples dont les reproductions sont affichées  dans mon atelier personnel.

     

    Les portraits de Derain

    J'ai vu il y a quelques années une très belle exposition réunissant Derain et Matisse. Eh bien quitte à faire hurler certains amoureux de l'art, je dois dire que, de loin, pour moi, Derain est supérieur à Matisse...Vous pouvez ne pas être d'accord, et le dire : je suis ouverte à toute discussion ! happy

     

    Les portraits de Derain

    Ce portrait de Matisse par Derain voisinait, dans cette exposition, avec le portrait de Derain par Matisse. A mon avis, comme on dit maintenant : "Y a pas photo !"

    Je vous laisse le soin de chercher ce portrait de Derain par Matisse pour faire votre propre comparaison...glasses 

     


    22 commentaires
  •  Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

    Une reproduction de ce tableau est affichée dans mon atelier.

    Je ne suis pas particulièrement fan de la période cubiste, mais ce tableau-là me plaît beaucoup. J'aime sa composition, ses couleurs de terres, sa lisibilité, malgré le parti pris du cubisme qui, souvent, brouille trop les lignes à mon goût.

    Braque, la table ronde

    Le Grand Guéridon également intitulé : La Table ronde (1928-1929), huile et sable sur toile, 147 × 114 cm

    Georges Braque ( 1882 - 1963), est un peintre et sculpteur français féru de musique et de poésie, ami notamment d'Erik Satie, de René Char, de Alberto Giacometti. Homme discret, peu porté sur les relations publiques, Braque était un intellectuel.

    D'abord séduit par le fauvisme, influencé par Matisse, Derain, Othon Friesz, il travaille  en été 1906 sur les paysages de l'Estaque avec des maisons en forme de cubes que Matisse appelle cubistes. En réalité, ces cubes ne représentent pour Braque et Picasso qu'une réponse provisoire permettant de se libérer de la notion de perspective établie depuis la Renaissance. La « cordée Braque Picasso » est un atelier de recherches des deux artistes, avec des œuvres menées simultanément par ces hommes passionnés auxquels se joignent Derain, Dufy. Cette période cubiste dure jusqu'en 1914.

    Braque poursuit ses recherches, utilise des formes géométriques, introduit les lettres au pochoir dans ses tableaux, invente des papiers collés.

    Avec des natures mortes comme celle que je vous présente : Braque pratique son art de manière voluptueuse, sur de grands formats, livrant pendant cette période ses œuvres les plus sensuelles.

    Braque a aussi créé des sculptures, des bijoux, c'était un artiste complet.

    A sa mort, des obsèques nationales ont été organisées sous l'impulsion de André Malraux. (Documentation Wikipédia).


    10 commentaires
  •  Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

     

      

    Aujourd'hui, je vous présente ce tableau de Balthus qui me plaît beaucoup. Il est affiché dans mon atelier yes. Bon, ce n'est qu'une reproduction, naturellement ! sarcastic

     Ses couleurs chaudes, l'intimité de la scène, l'air joyeux des gamines, me séduisent.

      

    La coiffure, par Balthus

      

    Ses parents s'étaient séparés, et sa mère avait pour amant le grand poète Rainer Maria Rilke, ce qui l'amena à connaître d'autres écrivains. Elève de Bonnard et de Vlaminck, Balthus a grandi dans un milieu d'artistes.

    C'est un personnage étrange, un peintre original, qui n'a pas été influencé par les mouvements picturaux de son époque.

    L'œuvre peint de Balthus est relativement peu abondant puisqu'on ne compte qu'environ 300 peintures, dont beaucoup ne sont pas datées. Artiste méticuleux — certains tableaux nécessitant plusieurs années pour être achevés et après de nombreuses études préparatoires —, Balthus est resté célèbre pour ses tableaux de jeunes filles nubiles, souvent peintes dans des poses ambiguës, jouant sur l'idée de l'innocence perdue à l'adolescence.

    « Je vois les adolescentes comme un symbole. Je ne pourrai jamais peindre une femme. La beauté de l’adolescente est plus intéressante. L’adolescente incarne l’avenir, l’être avant qu’il ne se transforme en beauté parfaite. Une femme a déjà trouvé sa place dans le monde, une adolescente, non. Le corps d’une femme est déjà complet. Le mystère a disparu. »

    (Documentation Wikipédia)

    De ce fait, ses toiles sont souvent chargées d'un érotisme trouble, mais celle-ci ne présente que deux fillettes  dont l'une coiffe l'autre, sans aucun sous-entendu pouvant choquer les âmes sensibles.

     


    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique