•  

     

     

    Robert Lewis Reid ( 1862 - 1929) est un peintre impressionniste et un fresquiste américain.

    Il a étudié la peinture à Chicago. Il est ensuite parti à Paris où il a fréquenté l'Académie Julian.

    Sa peinture est très influencée par l'impressionnisme et, par cela même ,elle est très proche de celle de tous ces peintres américains venus en France se mettre au goût du jour de l'époque. 

     

    Pour en savoir plus sur ce peintre : ALLEZ ICI

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Robert Reid

    J'aime particulièrement cette peinture où les bleus dominent, que je vous présente ici dans le cadre de la publication "le tableau du samedi" géré par Lady Marianne.

     


    14 commentaires
  •  (On peut bien rire un peu...he )

     

    Saledu - Le tableau du samedi : le Picasso que j'aime

     

    Picasso était un grand artiste, mais je n'aime pas systématiquement tout ce qu'il a fait.

    Le portrait d'Olga vêtue de rouge, peint en 1921, fait partie des œuvres que j'aime. La couleur rouge, la facture classique, l'expression pensive du modèle me sont agréables.

    Et la main gauche un peu grande me console de mes fautes de proportions (voir Aurélie dans l'article de dimanche dernier C'est là... happy)

    Danseuse des Ballets Russes de  Diaghilev, elle fut la première épouse de Picasso avec qui elle se maria en 1918, elle est la mère de Paul Picasso, né en 1921. Elle demandera le divorce en 1935.

     

    Voilà, c'est mon "Tableau du samedi".


    14 commentaires
  •  

     

     

    François-Emile Barraud (1899 - 1934) est un peintre suisse.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : François Emile Barraud

     

    Il peint des natures mortes, des nus et des portraits de femme. On dit qu'il a un peu le style de Balthus. Il gagne sa vie comme artisan mais a fréquenté une école d'art en Suisse, puis l'école du Louvre au cours d'un séjour à Paris  en 1924-1925 tout en travaillant toujours comme artisan. Il épouse une française, Marie, qui lui sert souvent de modèle. De santé fragile il meurt très jeune (34 ans) de la tuberculose.

    Vous en verrez plus SUR CE BLOG.  (Remarque :Ne vous laissez pas impressionner par le premier tableau qui est un peu étonnant.)

     

    J'ai été intéressée par ses peintures, découvertes par hasard encore une fois, et j'espère vous donner envie de les découvrir aussi.

     

    J'ai choisi ce tableau, parce que c'est mon préféré. Cette harmonie de jaunes est très belle et la souplesse du tissu est parfaitement rendue.

     


    8 commentaires
  •  

     

    Visitant le Musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan, il y a déjà très longtemps, j'ai été fascinée par ce tableau où Saint-André est représenté la tête renverséeLe drapé rouge magnifique,l'intensité du regard m'ont impressionnée bien plus que les portraits convenus que cet artiste a peints des rois et des grands de son monde, ceux que tous les livres d'histoires ont présentés.

     

    Samedi - Le tableau du samedi Hyacinthe Rigaud

     

    Hyacinthe Rigaud, né Jacint Rigau-Ros i Serra à Perpignan le 18 juillet 1659 et mort à Paris le 29 décembre 1743, est un peintre français, spécialisé dans le portrait.

    Né dans la province du Roussillon, Jacint Rigau, dont l'orthographe fut francisée en Hyacinthe Rigaud, est considéré comme l’un des plus célèbres portraitistes français de la période classique. Pour Jacques Thuillier, professeur au Collège de France : « Hyacinthe Rigaud fut l’un de ces peintres français qui sous l’Ancien Régime connurent comme portraitistes la plus haute célébrité. Cette admiration était méritée à la fois par l’abondance de l’œuvre et par sa constante perfection. »

    Pour en savoir plus : Voir ici 

    Il a peint aussi des portraits plus vivants et originaux, comme celui de Jean-Baptiste Monginot portant son épouse en médaillon, et des portraits de femmes très charmants.

     

    Samedi - Le tableau du samedi Hyacinthe Rigaud


    10 commentaires
  •  

     

     

    Autoportrait en allégorie de la peinture est un tableau peint par Artemisia Gentileschi vers 1638-1639.

     

    Artemisia Lomi Gentileschi, née le 8 juillet 1593 à Rome et morte à Naples vers 1652, est une artiste peintre italienne de l'école caravagesque.

    Remarquablement douée et aujourd'hui considérée comme l'un des premiers peintres baroques, l'un des plus accomplis de sa génération, elle s'impose par son art à une époque où les femmes-peintres ne sont pas facilement acceptées. Elle est également l'une des premières femmes à peindre des sujets historiques et religieux. Elle nous a laissé d'elle cet auto-portrait peint en 1638-1639, d'une grande vigueur et qui dénote une maîtrise consommée de son art.

    On attribue à son viol et au procès humiliant qui s'ensuivit certains traits de son œuvre, l'obscurité et la violence graphique qui s'y déploient, en particulier dans le tableau célèbre qui montre Judith décapitant Holopherne. Ses peintures expriment souvent un point de vue féministe.

    Source : ICI

     

     


    10 commentaires
  •  

    Encore aux hasards du net je suis tombée sur ce tableau, et il m'a tapé dans l'œil.

     

    Samedi - Juste un tableau

     

    Je me suis renseignée sur l'artiste, mais je n'ai pas trouvé dans ses autres œuvres de quoi tomber en arrêt. Il s'agit de Ettore Tito, un peintre italien du 19è/20è, vous pouvez vous informer ici : Ettore Tito

     

    Mais ce tableau là, j'aime : les couleurs, le personnage, la composition, la lumière.

     

    Voilà ce sont des choses qui arrivent : un tableau inconnu qui séduit, on espère trouver des merveilles en cherchant plus loin, et puis non, le reste est banal...Vous me trouvez trop sévère ?


    20 commentaires
  •  

     

    Séduite, au cours d'une "balade" sur internet, par quelques toiles de cette jeune artiste, je vous présente Johanna Harmon née en 1968 en Arizona. Je trouve que sa peinture a quelque chose de la luminosité d'un Sorolla. La femme est son sujet favori.

    Vous en saurez plus ICI ou ICI

     

    Samedi - Le tableau du samedi : une américaine, Johanna Harmon


    12 commentaires
  •  

    Peint en 1889. Huile sur toile de 91 cm x 71 x cm.

     

    Sans commentaires...juste de l'admiration !

     

    Samedi - Un Van Gogh : les coquelicots

     

    Pour "Le tableau du samedi" géré par Lady Marianne.

     


    18 commentaires
  •  N'oubliez pas d'écouter la musique...Léo, ça ne se zappe pas...

    Version romantique chic

    Version érotique

     

     Place aux Nanas !!! he

     

    Niki de Saint Phalle était une artiste par toutes les fibres de son être. Ses sculptures colorées et joyeuses réjouissent l'œil.

     

    Samedi - Niki de Saint-Phalle

     

    Et en plus, elle était belle !!!

    Samedi - Niki de Saint-Phalle

     

    Samedi - Niki de Saint-Phalle

     

    Pour en savoir plus : Tout sur Niki


    20 commentaires
  •  

     

    À Céret, où il va séjourner quelques années à partir de 1919, Soutine retrouve le peintre Pierre Brune. Ombrageux, colérique et sauvage, il vit à l’écart de la communauté artistique. Pendant près de deux ans, il peint énormément, et fera plusieurs toiles sur le thème des platanes de Céret.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Soutine à Céret.

    Ces tableaux tourmentés, j'en ai vu plusieurs lors d'une exposition au Musée d'Art Moderne de Céret, une exposition extraordinaire. Les paysages aux couleurs violentes, aux arbres tordus, aux maisons de guingois, sont un hommage à la région, à sa tramontane, à ses collines ensoleillées.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Soutine à Céret.

    Le Musée d'Art Moderne et les platanes de Céret.

     

    Cet article est publié dans le cadre du "Tableau du samedi" géré par Lady Marianne.

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique