• Peut-être mon Gauguin préféré...

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Un Gauguin

     

    On ne présente plus Gauguin. Alors je ne vous le présenterai pas.

    J'aime ce tableau pour la force des couleurs, la beauté des visages, le rendu soyeux de la peau.

    Je l'aime tellement que j'ai osé l'évoquer en fond d'un de mes tableaux, portrait d'un modèle exotique :

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Un Gauguin


    12 commentaires
  •  

    James Whistler est un peintre du XIXème siècle, d'origine américaine.  Il a eu une vie riche de voyages et de rencontres, vous en saurez plus en lisant cet article : Tout sur Whistler .

    Quand je regarde ce portrait de sa mère, qu'il a intitulé : "Arrangement en gris et noir", je suis fascinée. Si peu de couleurs et tellement de vie, une ambiance sereine mais qui dit tant de choses sur la vie. Elle pose pour son fils...

     

     

    Un autre de ses tableaux me séduit et me rend atrocement jalouse, cette "Symphonie en blanc". Quel talent !

    Ces femmes (sa mère, sa maîtresse Jo) semblent figées mais elles ont le regard fixé vers l'intérieur d'elles-mêmes.

    J'adore !

     

     

    C'est pour "Le tableau du samedi" géré par Lady Marianne.


    15 commentaires
  •  

     

    Je vous ai présenté il y a deux semaines le travail de Travis Schlaht (ICI),  et je vous avais annoncé que je vous présenterais le travail de sa femme Kate Lehman.

    Samedi - Le tableau du samedi : Kate Lehman

    auto-portrait peinture sur toile

    Vous ne serez pas étonnés si je vous dis que j'aime ses portraits, mais j'apprécie aussi beaucoup ses natures mortes étonnantes.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Kate Lehman

    Kate Lehman est née à Londres en 1968. Elle a grandi à Paris  dans un milieu artistique. Son éducation artistique formelle a commencé à l' âge de 15 ans à L'Académie de la Grande Chaumière en particulier. Insatisfaite de ses études , elle a déménagé à New York où elle a travaillé brièvement dans l'industrie du film.

    Samedi - Le tableau du samedi : Kate Lehman


    En 1994 , elle a découvert une formation universitaire traditionnelle à l'École de la Rivière (Minnesota ). 

    En savoir plus
     
    Elle vit actuellement à New York et à Paris avec son mari Travis Schlaht et leurs deux enfants.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Kate Lehman

    Portrait de famille. Peinture sur cuivre


    10 commentaires
  •  

     

     

    Travis Schlaht est artiste américain contemporain. Vous saurez l'essentiel sur lui en cliquant sur ce lien : INFO

     

    C'est un portraitiste talentueux, ci-dessous, son auto-portrait.

    Il travaille d'après modèle vivant et sa démarche m'intéresse beaucoup.

    Samedi - Le tableau du samedi : Travis Schlaht

     

    Parmi ses œuvres, j'aime particulièrement ce nu, sobre et doux, d'une grande sensualité.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Travis Schlaht

     

    Un prochain samedi je vous ferai découvrir les œuvres de sa femme...

     

    C'est ma contribution au "Tableau du Samedi" géré par Lady Marianne.


    14 commentaires
  •  

    Giacometti est très connu comme sculpteur. Mais savez-vous qu'il était aussi un grand portraitiste ?

    Ci-dessous, voici (pour "Le tableau du samedi" géré par Lady Marianne) cet auto-portrait magnifique.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Giacometti

    Il a fait aussi le portrait de certains de ses amis. Il leur demandait de poser très longtemps. Cétait un acte passionné, pour lui. Il voulait faire le portrait intérieur de son sujet.

    Il a écrit : "La grande aventure, c'est de voir surgir quelque chose d'inconnu, chaque jour, dans le même visage. C'est plus grand que tous les voyages autour du monde."

     

    C'était un homme au physique très intéressant.

    J'aurais adoré peindre son portrait oops

     

    Il existe d'autres auto-portraits que vous pouvez voir dans la colonne de droite (Mon Musée virtuel). On voit comme la technique de l'artiste a évolué au cours de sa vie !

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

    Robert Lewis Reid ( 1862 - 1929) est un peintre impressionniste et un fresquiste américain.

    Il a étudié la peinture à Chicago. Il est ensuite parti à Paris où il a fréquenté l'Académie Julian.

    Sa peinture est très influencée par l'impressionnisme et, par cela même ,elle est très proche de celle de tous ces peintres américains venus en France se mettre au goût du jour de l'époque. 

     

    Pour en savoir plus sur ce peintre : ALLEZ ICI

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Robert Reid

    J'aime particulièrement cette peinture où les bleus dominent, que je vous présente ici dans le cadre de la publication "le tableau du samedi" géré par Lady Marianne.

     


    14 commentaires
  •  (On peut bien rire un peu...he )

     

    Saledu - Le tableau du samedi : le Picasso que j'aime

     

    Picasso était un grand artiste, mais je n'aime pas systématiquement tout ce qu'il a fait.

    Le portrait d'Olga vêtue de rouge, peint en 1921, fait partie des œuvres que j'aime. La couleur rouge, la facture classique, l'expression pensive du modèle me sont agréables.

    Et la main gauche un peu grande me console de mes fautes de proportions (voir Aurélie dans l'article de dimanche dernier C'est là... happy)

    Danseuse des Ballets Russes de  Diaghilev, elle fut la première épouse de Picasso avec qui elle se maria en 1918, elle est la mère de Paul Picasso, né en 1921. Elle demandera le divorce en 1935.

     

    Voilà, c'est mon "Tableau du samedi".


    14 commentaires
  •  

     

     

    François-Emile Barraud (1899 - 1934) est un peintre suisse.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : François Emile Barraud

     

    Il peint des natures mortes, des nus et des portraits de femme. On dit qu'il a un peu le style de Balthus. Il gagne sa vie comme artisan mais a fréquenté une école d'art en Suisse, puis l'école du Louvre au cours d'un séjour à Paris  en 1924-1925 tout en travaillant toujours comme artisan. Il épouse une française, Marie, qui lui sert souvent de modèle. De santé fragile il meurt très jeune (34 ans) de la tuberculose.

    Vous en verrez plus SUR CE BLOG.  (Remarque :Ne vous laissez pas impressionner par le premier tableau qui est un peu étonnant.)

     

    J'ai été intéressée par ses peintures, découvertes par hasard encore une fois, et j'espère vous donner envie de les découvrir aussi.

     

    J'ai choisi ce tableau, parce que c'est mon préféré. Cette harmonie de jaunes est très belle et la souplesse du tissu est parfaitement rendue.

     


    8 commentaires
  •  

     

    Visitant le Musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan, il y a déjà très longtemps, j'ai été fascinée par ce tableau où Saint-André est représenté la tête renverséeLe drapé rouge magnifique,l'intensité du regard m'ont impressionnée bien plus que les portraits convenus que cet artiste a peints des rois et des grands de son monde, ceux que tous les livres d'histoires ont présentés.

     

    Samedi - Le tableau du samedi Hyacinthe Rigaud

     

    Hyacinthe Rigaud, né Jacint Rigau-Ros i Serra à Perpignan le 18 juillet 1659 et mort à Paris le 29 décembre 1743, est un peintre français, spécialisé dans le portrait.

    Né dans la province du Roussillon, Jacint Rigau, dont l'orthographe fut francisée en Hyacinthe Rigaud, est considéré comme l’un des plus célèbres portraitistes français de la période classique. Pour Jacques Thuillier, professeur au Collège de France : « Hyacinthe Rigaud fut l’un de ces peintres français qui sous l’Ancien Régime connurent comme portraitistes la plus haute célébrité. Cette admiration était méritée à la fois par l’abondance de l’œuvre et par sa constante perfection. »

    Pour en savoir plus : Voir ici 

    Il a peint aussi des portraits plus vivants et originaux, comme celui de Jean-Baptiste Monginot portant son épouse en médaillon, et des portraits de femmes très charmants.

     

    Samedi - Le tableau du samedi Hyacinthe Rigaud


    10 commentaires
  •  

     

     

    Autoportrait en allégorie de la peinture est un tableau peint par Artemisia Gentileschi vers 1638-1639.

     

    Artemisia Lomi Gentileschi, née le 8 juillet 1593 à Rome et morte à Naples vers 1652, est une artiste peintre italienne de l'école caravagesque.

    Remarquablement douée et aujourd'hui considérée comme l'un des premiers peintres baroques, l'un des plus accomplis de sa génération, elle s'impose par son art à une époque où les femmes-peintres ne sont pas facilement acceptées. Elle est également l'une des premières femmes à peindre des sujets historiques et religieux. Elle nous a laissé d'elle cet auto-portrait peint en 1638-1639, d'une grande vigueur et qui dénote une maîtrise consommée de son art.

    On attribue à son viol et au procès humiliant qui s'ensuivit certains traits de son œuvre, l'obscurité et la violence graphique qui s'y déploient, en particulier dans le tableau célèbre qui montre Judith décapitant Holopherne. Ses peintures expriment souvent un point de vue féministe.

    Source : ICI

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique