•  

     

     Quand on dit Corot, on pense "paysage".

    Mais Corot était aussi un grand portraitiste. Le portrait que je présente ici est mon préféré. L'expression songeuse de la jeune femme, la grâce de la main qui tient l'éventail, le bleu magnifique de la longue robe, le flou du fond où le visage se dessine dans les mêmes tons, tout me plaît.  

     

    Samedi - Un Corot

     

    Mais j'aime aussi beaucoup celui que j'ai choisi pour mon "Musée Virtuel" (colonne de droite du blog).

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    14 commentaires
  •  

     

    Un tableau de Bronzino (1503 - 1572) qui me fascine, surtout par le soin avec lequel est peinte la riche robe de Eléonore de Tolède, épouse de Cosme 1er de Medicis.

    Bronzino mériterait tout un article, mais je vous présente juste ce tableau-là, ce sera tout pour aujourd'hui wink2

     

    Samedi - Un Bronzino

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    15 commentaires
  •  

     Balbino Giner Garcia, est né à Valencia (Espagne) en 1910.

     Peintre déjà reconnu, et fils d'un peintre très connu dans sa région, il est chassé d'Espagne par le franquisme auquel il refuse d'adhérer, il se réfugie à Bruxelles en 1936. Lorsque la Belgique est envahie par les allemands, il rentre en France et séjourne d'abord à Cahors, puis à Perpignan où il s'installe et vit jusqu'à sa mort en 1976.  

     

    Samedi - Balbino Giner Garcia, peintre catalan

     Auto-portrait

     

    Samedi - Balbino Giner Garcia, peintre catalan

     

    Samedi - Balbino Giner Garcia, peintre catalan

     

     Peintre puissant et original, les circonstances de la vie ont fait qu'il est assez peu connu en dehors de la région catalane.

     

    Je rajoute ici une video qui vous permettra de découvrir d'autres facettes du talent de Balbino Giner Garcia  :

     

     

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    29 commentaires
  •  

     Samedi - Alfred Stevens

    Femme en jaune

     

    Alfred Stevens (Bruxelles, 1823-Paris, 1906) demeure le plus parisien des peintres belges. Son succès pendant la seconde moitié du XIXe siècle fut exceptionnel. Sa carrière est intimement liée avec la parisienne du Second Empire, femme à la fois élégante, distante et intrigante dont il sut capter tout le mystère et la beauté.

     

    Samedi - Alfred Stevens

    La myope

     

    En ces temps qui voient le triomphe de la bourgeoisie, Stevens eut le génie de saisir l’esprit de son époque en s’attachant à ses modèles, mais également à leurs tenues et à leurs intérieurs.

     

    Samedi - Alfred Stevens

    Madeleine

     

    Même si il n’appartint pas à l’avant-garde impressionniste, il en fut proche dans ses amitiés et parfois dans son style.

     (La Tribune de l'Art)

     

    Alfred Stevens a peint beaucoup de portraits classiques (des commandes probablement) mais j'ai été séduite par certaines de ses œuvres plus originales et même un peu impertinentes que je présente ici et  que j'ai voulu vous montrer.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    10 commentaires
  •  

     Joaquim Sorolla y Bastida, né le 27 février 1863 à Valence et mort le 10 août 1923, est un peintre espagnol.

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière

     

    Sorolla est connu pour ses scènes de genre alliant réalisme et lyrisme ainsi que pour ses scènes de plage et sa maîtrise de la couleur blanche dont il use avec brio dans de nombreux tableaux.

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière

     

    Sorolla fut d'abord formé dans sa ville natale puis en Italie (Rome) et à Paris. Là, il subit l'influence des impressionnistes. De retour en Espagne, sa palette s'éclaircit avec les plages méditerranéennes, les ébats d'enfants, les nus, les pêcheurs valenciens.

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière

     

    Il devint vite très connu et le meneur incontesté de l'école moderne espagnole de peinture. Son tableau Le retour des pêcheurs fut admiré au salon de Paris et acquis par l'État pour le Musée du Luxembourg.

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière

     

    En 1933, Paul Getty acheta dix de ses tableaux représentant des scènes de plages impressionnistes. À la fin de sa vie, il réalise de grandes compositions pour décorer l'Hispanic Society de New York, évoquant les jeux et les costumes des régions espagnoles.

     

    Samedi - Sorolla, peintre de la lumière Valencia

     

    Après sa mort, sa veuve fit don de beaucoup de ses tableaux à l'État espagnol. Ces peintures forment maintenant le fond du musée Sorolla situé dans la maison de l'artiste à Madrid. 

     

    Ne manquez pas, dans la colonne de droite de mon blog, le Musée virtuel qui présente d'autres œuvres de ce peintre.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    26 commentaires
  •  

     Mardi prochain c'est le 11 novembre. C'est pour cette raison que j'ai choisi de vous parler pour "le tableau du samedi" d'un artiste qui a joué, avec quelques autres, un rôle important dans la guerre des tranchées : André Mare.

    André Mare (1885 - 1932) est un décorateur, architecte d’intérieur et peintre français. Il est l'un des artistes fondateurs de l'Art déco. En 1912, au Salon d'automne, il présente, en collaboration avec d'autres artistes, une « maison cubiste ». Elle provoque un scandale qui consacre André Mare comme décorateur.

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

    Panneau décoratif André Mare et Louis Süe

     Durant la Première Guerre Mondiale, mobilisé, il travaille à la création de camouflages pour les armées française, britannique et italienne avec d’autres peintres, des sculpteurs, et des décorateurs de théâtre. 

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Il applique au camouflage les principes de dislocation des formes issus du cubisme : des bandes de couleur juxtaposées empêchent l’œil de reconnaître la forme du canon et se confondent avec celles du paysage environnant.

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Il observe et peint à l'aquarelle des arbres abimés par les bombes, qui sont ensuite reproduits en grandeur nature pour camoufler, à l'extérieur des tranchées, des observateurs ou des postes de combat.

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Au cours de l'installation d'un de ces postes d'observation il est gravement blessé.

    Lors de cette époque de guerre, il peint dans dix carnets de dessin de nombreuses aquarelles empreintes de cubisme, et dans lesquelles il note ses impressions et dessine sur le vif la douleur des combats et la mort.


    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

     Le 18 janvier 1915 André Mare écrit à sa fille de 3 ans, Anne-Françoise.

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Outre la décoration et ses carnets de guerre, il a peint des portraits ou des scènes que je vous affiche dans mon "Musée Virtuel", dans la colonne de droite de ce blog. 

     

    (Documentations diverses trouvées sur le Web)

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    21 commentaires
  •  

     Hsin-Yao Tseng est né en 1986 à Taipei, Taiwan.

    Pour en savoir plus sur ce jeune artiste très doué, voyez ici sur son site .

    Je me contenterai de vous présenter, ici et dans mon Musée Virtuel (colonne de droite) quelques portraits :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

    quelques vues urbaines :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

    un nu :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

     

     Il est capable aussi de faire des natures mortes très réalistes. Espérons qu'il gardera sa liberté et ne se fera pas dévorer par les marchands de l'art commercial...

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •   

    La blogueuse Gelice qui me fait le plaisir de passer de temps en temps sur mon blog, m'a fait part de son enthousiasme concernant un artiste néerlandais virtuose de l'aquarelle, me suggérant d'en faire le sujet d'un samedi. 

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Herman van Hoogdalem est né et a grandi à Groningen et Pafos . Il a étudié à l'Académie Minerva de Groningue. Depuis 1989, il enseigne à Minerva. Actuellement il a un atelier dans la petite ville de Sauwerd. Les principaux thèmes de son œuvre sont : des intérieurs, des portraits et des plages où la lumière modernise le thème.

     

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Ses portraits, extraordinairement précis et vivants, sont en grand format. Il a travaillé un moment à une série de portraits saisissants de personnes atteintes de démence.

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

     

    Il peint aussi de beaux nus.

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Merci Gelice de m'avoir fait découvrir cet artiste ! 

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    30 commentaires
  •  

     

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

    Henri-Eugène Le Sidaner, né à Port-Louis, Île Maurice, le 7 août 1862 et mort à Paris le  16 juillet 1939, est un peintre français.

    L'artiste découvrit Gerberoy, petite ville délaissée de l'Oise où il acheta une maison qu'il restaura peu à peu.

    Seul Gerberoy fut propice à une création fertile en devenant presque le thème principal de son œuvre (plus d'une centaine de toiles produites). Dès 1901, il propose au Salon des vues de la cité, puis il se focalise progressivement sur la partie architecturale phare de la maison, à savoir la façade, ses fenêtres, ses volets. Dans la recherche de l'instant intime, de l'arrêt sur image, les toiles de Gerberoy émanent d'une douceur de vivre incomparable en même temps qu'elles déclinent selon l'heure et la saison des accords chromatiques variés.

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

    C'est environ à partir de l'année 1900 qu'il se consacre désormais à une peinture intimiste dont se trouve exclue la figure humaine ; jardins déserts, tables servies pour d'hypothétiques hôtes, campagnes solitaires, expriment une vision silencieuse et paisible avec une technique néo-impressionniste et un chromatisme retenu aux nuances chaudes, à la tonalité raffinée et douce qui nimbent ses scènes moins de mystère que d'une espèce de religiosité.

     

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

     

    Documentation Wikipédia. Pour en savoir plus cliquez ICI

     

     

    Ce peintre me fait penser aux peintures de Laurent Parcelierque j'avais présentées ICI , qui peint aussi des lieux occupés par des tables, et dénués de personnages. Mais chez Le Sidaner, les couleurs sont plus douces, le ressenti plus feutré.

    Le Sidaner a peint sur d'autres thèmes et son œuvre est varié, mais j'ai choisi de vous en montrer seulement cet aspect.

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    16 commentaires
  •  

     

    Le peintre réaliste 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

    Un enterrement à Ornans : Gustave Courbet

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles. 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

    Gustave Courbet, né le 10 juin 1819 à Ornans près de Besançon, et mort le 31 décembre 1877 en Suisse, est un peintre français, chef de file du courant réaliste. D'ailleurs son réalisme fait scandale.

     

    Courbet achève Un enterrement à Ornans en 1850, à une période charnière pour l’histoire de France : Napoléon III, a été élu président de la république.

     

    C'est dans le nouveau cimetière à l'écart de la ville d'Ornans que se déroule l'enterrement. Les personnages regroupés masquent les autres tombes et les murs du cimetière, ce qui nous laisse penser que la fosse a été creusée au milieu de nulle part. Le peintre fait figurer la scène à un moment précis : le convoi vient d'entrer dans le cimetière et est scindé en trois groupes (les officiants, les hommes et les femmes). Les 27 personnages pressés en double rang sont tous des habitants d'Ornans que Courbet avait fait poser un à un dans son atelier.

     

    Le peintre "pompier" 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     La foire aux servantes : Charles-François Marchal 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

     

    Charles-François Marchal est un peintre français. Né à Paris le 10 avril 1825, il y est décédé le 31 mars 1877. En septembre 1861, il vint à Nohant pour y rencontrer George Sand. Celle-ci dit de lui "Un gros ami qui ressemble assez à vos chiens de Terre-Neuve, qui pèse 182 livres et a de l’esprit comme quatre." Il est aujourd'hui connu comme son dernier amant.

     

    La Foire aux servantes 1864. Cette œuvre est une commande officielle passée à l’artiste par l’empereur Napoléon III par l’entremise de George Sand. Le tableau représente un moment de la vie économique de Bouxwiller (Alsace) ; au XIXe siècle, chaque 11 novembre se tenait la foire aux servantes (Gsindemärik en alsacien). Cette journée marquait le début des nouvelles embauches pour l’année à venir. La foire aux servantes était une journée festive.

     ***

    Gustave Courbet peint les personnages tels qu'ils sont, Alors que Charles François Marchal les peint de façon idéalisée, il embellit la réalité. On peut ainsi prendre conscience de la modernité de Courbet qui a peint son tableau 14 ans avant Marchal.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique