•  

    Mon attention a été attirée sur cette artiste par ce très beau portrait, et j'ai cherché à me documenter davantage.

     

    Samedi : Mabel Alvarez

    Auto-portrait 1923

     

    Mabel Alvarez est née dans une famille espagnole de premier plan, originaire de l'île de Hawaï.

    Elle a vu son talent artistique révélé dès son jeune âge, et en1915 elle s'inscrit dans une école d'art de Los Angeles, où elle connaît un succès immédiat.

     Sa première peinture de portrait a été exposée au Musée de Los Angeles en 1917, un musée avec qui elle a continué une relation étroite jusqu'à sa mort.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Herman

    Dans les années 1920 et 30, ses œuvres ont été fortement influencées par le mouvement Synchroniste (branche du Cubisme) de Morgan Russel qui restera son professeur pendant plus de 20 ans.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Chat au repos

    Mais ses premiers tableaux sont basés sur son intérêt pour le symbolisme, l'Art Nouveau et l'impressionnisme .

    Samedi : Mabel Alvarez

    Composition symboliste

     Elle est décédée le 13 Mars 1985, à l'âge de quatre-vingt treize ans à Los Angeles.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Fête de Pâques au Mexique

     

    Pour explorer son œuvre décennie par décennie, cliquer ICI

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    24 commentaires
  •  

     

    Samedi : Michael Carson

    Je vous présente un peintre américain dans la ligne de Kobayashi et de Liepke. C'est une façon de peindre que j'aime décidément beaucoup.

     

    Michael Carson est né en 1972 à Minneapolis, aux Etats-Unis.Il est diplômé de l'Institut Minneapolis of Art and Design en 1996. Il travaille en tant que graphiste et peint son premier tableau, trois ans après son diplôme. En 2001, il a commencé à peindre à plein temps.

     

    Samedi : Michael Carson

     

    Influencé par les peintures de Toulouse Loutrec, John Singer Sargent, Norman Rockwell, Malcolm Liepke, et Milt Kobayashi, Michael Carson est avant tout un artiste figuratif qui aime raconter une histoire. Ses personnages se retrouvent souvent dans les bars, boîtes de nuit, cafés et clubs de jazz , ou à la maison dans l'intimité. 

     

    Samedi : Michael Carson

     

    Samedi : Michael Carson

     

       Sa volonté est de mettre l'accent sur les relations entre la couleur et la lumière. Il aime intégrer dans ses oeuvres son goût pour le design, la mode et l'architecture. Il dit :  " Je considère un tableau comme un succès quand je prends de lui quelque chose de nouveau qui me suit dans mon prochain travail." 

     

    Samedi : Michael Carson

      Michael Carson a fait plusieurs expositions personnelles à Minneapolis dès 2003 et a participé à plusieurs expositions de groupe.

     

    Samedi : Michael Carson

     J'aime son sens cinématographique de la composition, la brillance des couleurs, le naturel des personnages, l'inventivité graphique.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    16 commentaires
  •   

    Ce tableau de Léon de Smet, peintre belge, est mon préféré :

     

    Léon de Smet

    Mais ceux-ci sont très beaux aussi :

    Léon de Smet

     

    Léon de Smet

     

    Léon de Smet

    J'aime beaucoup sa façon d'utiliser deux couleurs dominantes dans chaque tableau, et de jouer avec les touches légères et le flou. 

    La vie de léon de Smet :  ICI

    Et pour découvrir d'autres œuvres : colonne de droite "Musée Virtuel" et aussi : LA

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    Extrait du Site de Patrick Germond

     

    "Né au Perreux-sur-Marne (94) en 1955, j’ai, comme tant d’autres, découvert le monde animal à travers deux endroits enchanteurs :
    - Le parc zoologique du Bois de Vincennes
    - L’ancienne galerie de zoologie du Muséum d’histoire naturelle de Paris... Un lieu magique !

     Ma formation de dessinateur d’arts graphiques, l’étude de la peinture flamande et hollandaise ainsi que mon intérêt pour l’hyperréalisme m’ont donné, avec tant d’autres écoles, le souci de la précision, du détail et du rendu de matière.
    Après une vingtaine d’année de peinture à l’huile, la découverte des qualités du pastel et des ses infinies possibilités, m’a naturellement amené à la pratique exclusive de cette technique qui répond parfaitement à  ma passion pour le dessin de précision et des rendus matières.
    Si, parfois, des lieux marqués par le temps – de vieilles pierres, un commerce ancien -  me touchent, les animaux sont ma principale source d’inspiration."

    Samedi : Patrick Germond

     

    Ceux qui me suivent savent déjà que je suis sensible à l'hyperréalisme. Ce pastelliste minutieux a attiré mon attention, et je voulais vous le faire connaître, si toutefois vous ne le connaissez pas déjà.

    La peinture animalière n'est pas trop mon domaine, même si j'ai fait quelques essais. Et j'avoue que le fait que l'artiste travaille d'après photos, même prises par lui, enlève, pour moi, un peu de son prestige. Mais comment faire autrement ? Un animal sauvage ne pose pas...

     

    Samedi : Patrick Germond

    C'est sa technique époustouflante qui me fascine. C'est très précis et très beau.

     

    Samedi : Patrick Germond

    J'aime bien aussi ses "vieilles pierres", c'est superbement réalisé, et j'y trouve beaucoup de poésie.

     

    Dans la colonne de droite de cette page, voir d'autres œuvres de Patrick Germont dans le "Musée Virtuel".

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

     

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté ?

     

    Samedi dernier, pour "le Tableau du samedi", je vous ai présenté Milt Kobayashi, artiste américain d'origine japonaise.

    Je vous présente aujourd'hui un autre artiste, Malcolm Liepke, dont la peinture présente, à mon avis, une  parenté certaine avec celle de Kobayashi, de par sa technique comme de par ses thèmes, et dont le parcours ressemble étrangement à celui de cet artiste.

     

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ? 

    Malcolm Liepke est un artiste américain, né en 1954. Elevé à Minneapolis, il étudie au Center College Art à Los Angeles. Ses aspirations artistiques ont rencontré les même obstacles que celles de Kobayashi : il avait faim de formation classique plutôt que des idées conceptuelles enseignées dans cette école d'art.

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

     Tout comme Kobayashi, Liepke décide alors de s'installer à New York. Il dit (traduit par Amande...) : " Quand j'ai déménagé à New York, j'ai commencé à aller dans les musées et faire mon apprentissage avec tous les grands artistes ... Velazquez, Whistler, Chase, Vuillard, Sorolla et autres. J'ai appris la couleur, la composition et la technique. Je me suis rendu compte que leur travail était celui que je voulais accomplir. Ils étaient mes héros, alors je suis devenu leur élève ". Ne trouvez-vous pas que son cheminement est semblable à celui de Kobayashi ?

     Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

    Dans un nouveau projet artistique Liepke apprend la lithographie originale, et maîtrise cette technique difficile. Il choisi de travailler sur les mêmes presses lithographiques "Voirin" que Toulouse Lautrec avait pratiquées des siècles auparavant.

     Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

    Ses œuvres révèlent la sensibilité et l'élégance de Malcolm Liepke qui sont renforcée par cette technique.

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

     

    Depuis 1979, Liepke est devenu un nom très respecté. Les peintures de Liepke ont été exposées dans divers lieux prestigieux. 

     

    Et n'oubliez pas de regarder dans le Musée virtuel (à droite de cette page) d'autres œuvres de Malcolm Liepke !

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    26 commentaires
  •  

    De troisième génération américano-japonaise, Kobayashi est né à New York, et sa famille s'est installée à Los Angeles quand il avait huit ans.

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    Après avoir obtenu son baccalauréat en 1970 de l'Université de Californie-Los Angeles, Kobayashi a commencé à travailler en tant qu'illustrateur. En 1977, Kobayashi retourne à New York où il continue à travailler dans ce domaine.

    Il fréquente le Metropolitan Museum of Art où il étudie les anciens maîtres : Sargent, Chase, Duvanek, Vuillard et surtout les tableaux de Velazquez.

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    Curieusement, c'est à travers l'étude des maîtres occidentaux, notamment Whistler, que Kobayashi a pris connaissance de l'art japonais de : Hokusai, Sharaku et Utamaro. Les motifs, la couleur, des harmonies, l'utilisation de l'espace négatif, et surtout la composition et la conception de l'art japonais le séduisent.

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

     Kobayashi lui-même habitué de la ville la nuit, est attiré par les mêmes scènes nocturnes que Toulouse-Lautrec.

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    Samedi : Milt Kobayashi

    Connu pour scènes urbaines de cafés et bar qui ont dominé son travail dans les années 90, il a ensuite abordé des sujets plus calmes - un salon de thé l'après-midi, un atelier de modiste, la tranquillité d'une maison privée.

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    Il acquiert une liberté de plus en plus grande dans son utilisation de la couleur. Les fonds rouges ou verts et l'usage intensif du noir renforcent l'espace négatif et servent à créer l'atmosphère. Il est très connu aux Etats-Unis où ses expositions ont un grand succès. I

     

    Samedi : Milt Kobayashi

     

    N'oubliez pas de jeter un coup d'œil au Musée Virtuel ! Ces portraits sont si beaux !

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    24 commentaires
  •  

    L'art est multiforme...

    J'ai trouvé que le travail de cette artiste valait bien un "Tableau du samedi", même si ce n'est pas de la peinture. 

    "Maude White est une artiste de Buffalo aux USA qui réalise de magnifiques sculptures de papier découpé. 

    Son art s’exerce en finesse et délicatesse avec un couteau de précision X-Acto pour ciseler des personnages et des animaux."

     

    Maud White, papier découpés

      

    Maud White, papier découpés

     

    Maud White, papier découpés

      

     Maud White, papier découpés

     

      

    Pour visiter son site, c'est ici : ICI

    D'autres œuvres de Maude White dans le Musée Virtuel, colonne de droite de ce blog yes

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    No comment...pour moi c'est une pure merveille.

    Degas n'a pas peint que des danseuses, et je reviendrai peut-être un jour sur d'autres aspects de son œuvre. Mais ces danseuses en bleu sont pour moi parmi les plus belles. La matière du pastel, ces verts et ces jaunes qui soulignent le bleu lumineux, les attitudes vivantes, tout me plaît !

     

     

    Degas, danseuses en bleu

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •   

     

    Francine Van Hove, artiste française

     

     Née en 1942 à Saint-Mandé (Seine), elle fait ses études secondaires et supérieures (professorat de dessin et arts plastiques pour les lycées et collèges) à Paris. Après avoir enseigné un an au Lycée de Jeunes Filles de Strasbourg, elle démissionne de l'Éducation Nationale pour revenir à Paris en 1964 et s'y installer définitivement comme peintre.

    Elle est connue pour ses sujets exclusivement féminins et les attitudes rêveuses de ses personnages. Sa technique graphique et picturale classique est proche de celle des Renaissants Italiens et des Flamands des XVIe-XVIIe siècles.

      

    Francine Van Hove, artiste française

      

     Outre de nombreux dessins et pastels, son œuvre compte actuellement plus de 400 tableaux dispersés dans des collections privées.

    (Source : Wikipédia)

     

    Mon point de vue : elle peint un monde de femmes qui se ressemblent toutes.

    Des lectrices :

      

    Francine Van Hove, artiste française

      

    Des dormeuses :

     

    Francine Van Hove, artiste française

     

    Des gourmandes :

    Francine Van Hove, artiste française

    Des coquettes aux jeux de miroirs parfois compliqués :

       

    Francine Van Hove, artiste française

     

     Je suis admirative de sa belle technique du pastel. J'aime moins ses huiles. 

    Ce monde un peu lisse finit peut-être par générer l'ennui. Mais je viens parfois m'y replonger : c'est reposant !

    Je suis curieuse de voir vos réactions. yes

     

    Vous pouvez voir d'autres œuvres de Francine Van Hove dans le Musée virtuel, colonne de droite de ce blog smile

     

    Et pour voir son site, c'est  ICI

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    J'ai été attirée par l'œuvre ci-dessous, et je me suis intéressée à son auteur.

    C'est comme cela que j'ai découvert Nikolaos Gysis, peintre grec.

     

    Nikolaos Gysis, peintre grec.

     

     

    Nikolaos Gysis (1842 - 1901) est un peintre grec né à Sklavochori sur lîle de Tinos. 

    Il fut un des maîtres de l'Ecole de Munich qui domina la peinture en Grèce dans la seconde moitié du XIXe siècle. 

    Nikolaos Gysis était le fils d'un domestique, et de son épouse Margarita. En 1850, sa famille déménagea à Athènes. C'est là que Nikolaos commença ses études à l'École Polytechnique, mais sans jamais y être vraiment inscrit. 

     

    Nikolaos Gysis, peintre grec.

    Il fut élève à l'École des Beaux Arts d'Athènes de 1854 à 1864. En juillet 1865, il partit étudier à l'Académie des Beaux-Arts deMunich, grâce à une bourse offerte par le monastère de la Panaghia Evanghélistria de son île natale,Tinos.  

    À Munich, il étudia dans l'atelier de Karl von Piloty. En 1869, Gustave Courbet vint participer à une exposition internationale à Munich. La découverte de son style et de ses tableaux joua un rôle déterminant dans la formation artistique de Gysis (et des autres jeunes peintres étudiant à Munich).

      

    Nikolaos Gysis, peintre grec.

     

    Nikolaos Gysis revint à Athènes en 1872. Il y séjourna deux ans. Il voyagea à l'été 1873 en Asie Mineure. Ce voyage fut une des sources de la veine orientalisante des tableaux de Gysis à ce moment-là. En 1876, Gysis séjourna aussi  Paris, puis il retourna à Munich où il s'installa définitivement à partir de 1882.

     

    En 1877, Nikolaos Gysis épousa Artémis Nazos qu'il avait rencontrée à Athènes. Ils eurent cinq enfants (quatre filles et un garçon).

     

    Nikolaos Gysis, peintre grec.

     

    Il peignit surtout des tableaux de genre, avec pour thèmes principaux la famille et les enfants, le plus souvent dans leur vie quotidienne.

     Il mourut d'une leucémie le 4 janvier 1901 à Munich, où il est enterré.

    (Documentation Wikipédia)

     

    Il a peint des scènes plus "grandioses", mais j'ai choisi de vous présenter surtout des portraits, que j'aime beaucoup.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique