•  

     Mardi prochain c'est le 11 novembre. C'est pour cette raison que j'ai choisi de vous parler pour "le tableau du samedi" d'un artiste qui a joué, avec quelques autres, un rôle important dans la guerre des tranchées : André Mare.

    André Mare (1885 - 1932) est un décorateur, architecte d’intérieur et peintre français. Il est l'un des artistes fondateurs de l'Art déco. En 1912, au Salon d'automne, il présente, en collaboration avec d'autres artistes, une « maison cubiste ». Elle provoque un scandale qui consacre André Mare comme décorateur.

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

    Panneau décoratif André Mare et Louis Süe

     Durant la Première Guerre Mondiale, mobilisé, il travaille à la création de camouflages pour les armées française, britannique et italienne avec d’autres peintres, des sculpteurs, et des décorateurs de théâtre. 

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Il applique au camouflage les principes de dislocation des formes issus du cubisme : des bandes de couleur juxtaposées empêchent l’œil de reconnaître la forme du canon et se confondent avec celles du paysage environnant.

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Il observe et peint à l'aquarelle des arbres abimés par les bombes, qui sont ensuite reproduits en grandeur nature pour camoufler, à l'extérieur des tranchées, des observateurs ou des postes de combat.

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Au cours de l'installation d'un de ces postes d'observation il est gravement blessé.

    Lors de cette époque de guerre, il peint dans dix carnets de dessin de nombreuses aquarelles empreintes de cubisme, et dans lesquelles il note ses impressions et dessine sur le vif la douleur des combats et la mort.


    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

     Le 18 janvier 1915 André Mare écrit à sa fille de 3 ans, Anne-Françoise.

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Samedi - André Mare et les carnets de guerre

     

    Outre la décoration et ses carnets de guerre, il a peint des portraits ou des scènes que je vous affiche dans mon "Musée Virtuel", dans la colonne de droite de ce blog. 

     

    (Documentations diverses trouvées sur le Web)

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    21 commentaires
  •  

     Hsin-Yao Tseng est né en 1986 à Taipei, Taiwan.

    Pour en savoir plus sur ce jeune artiste très doué, voyez ici sur son site .

    Je me contenterai de vous présenter, ici et dans mon Musée Virtuel (colonne de droite) quelques portraits :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

    quelques vues urbaines :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

    un nu :

     

    Samedi - Hsin-Yao Tseng

     

     

     Il est capable aussi de faire des natures mortes très réalistes. Espérons qu'il gardera sa liberté et ne se fera pas dévorer par les marchands de l'art commercial...

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •   

    La blogueuse Gelice qui me fait le plaisir de passer de temps en temps sur mon blog, m'a fait part de son enthousiasme concernant un artiste néerlandais virtuose de l'aquarelle, me suggérant d'en faire le sujet d'un samedi. 

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Herman van Hoogdalem est né et a grandi à Groningen et Pafos . Il a étudié à l'Académie Minerva de Groningue. Depuis 1989, il enseigne à Minerva. Actuellement il a un atelier dans la petite ville de Sauwerd. Les principaux thèmes de son œuvre sont : des intérieurs, des portraits et des plages où la lumière modernise le thème.

     

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Ses portraits, extraordinairement précis et vivants, sont en grand format. Il a travaillé un moment à une série de portraits saisissants de personnes atteintes de démence.

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

     

    Il peint aussi de beaux nus.

     

    Samedi - Herman van Hoogdalem

     

    Merci Gelice de m'avoir fait découvrir cet artiste ! 

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    30 commentaires
  •  

     

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

    Henri-Eugène Le Sidaner, né à Port-Louis, Île Maurice, le 7 août 1862 et mort à Paris le  16 juillet 1939, est un peintre français.

    L'artiste découvrit Gerberoy, petite ville délaissée de l'Oise où il acheta une maison qu'il restaura peu à peu.

    Seul Gerberoy fut propice à une création fertile en devenant presque le thème principal de son œuvre (plus d'une centaine de toiles produites). Dès 1901, il propose au Salon des vues de la cité, puis il se focalise progressivement sur la partie architecturale phare de la maison, à savoir la façade, ses fenêtres, ses volets. Dans la recherche de l'instant intime, de l'arrêt sur image, les toiles de Gerberoy émanent d'une douceur de vivre incomparable en même temps qu'elles déclinent selon l'heure et la saison des accords chromatiques variés.

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

    C'est environ à partir de l'année 1900 qu'il se consacre désormais à une peinture intimiste dont se trouve exclue la figure humaine ; jardins déserts, tables servies pour d'hypothétiques hôtes, campagnes solitaires, expriment une vision silencieuse et paisible avec une technique néo-impressionniste et un chromatisme retenu aux nuances chaudes, à la tonalité raffinée et douce qui nimbent ses scènes moins de mystère que d'une espèce de religiosité.

     

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

     

    Samedi - Le Sidaner à Gerberoy

     

    Documentation Wikipédia. Pour en savoir plus cliquez ICI

     

     

    Ce peintre me fait penser aux peintures de Laurent Parcelierque j'avais présentées ICI , qui peint aussi des lieux occupés par des tables, et dénués de personnages. Mais chez Le Sidaner, les couleurs sont plus douces, le ressenti plus feutré.

    Le Sidaner a peint sur d'autres thèmes et son œuvre est varié, mais j'ai choisi de vous en montrer seulement cet aspect.

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    16 commentaires
  •  

     

    Le peintre réaliste 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

    Un enterrement à Ornans : Gustave Courbet

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles. 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

    Gustave Courbet, né le 10 juin 1819 à Ornans près de Besançon, et mort le 31 décembre 1877 en Suisse, est un peintre français, chef de file du courant réaliste. D'ailleurs son réalisme fait scandale.

     

    Courbet achève Un enterrement à Ornans en 1850, à une période charnière pour l’histoire de France : Napoléon III, a été élu président de la république.

     

    C'est dans le nouveau cimetière à l'écart de la ville d'Ornans que se déroule l'enterrement. Les personnages regroupés masquent les autres tombes et les murs du cimetière, ce qui nous laisse penser que la fosse a été creusée au milieu de nulle part. Le peintre fait figurer la scène à un moment précis : le convoi vient d'entrer dans le cimetière et est scindé en trois groupes (les officiants, les hommes et les femmes). Les 27 personnages pressés en double rang sont tous des habitants d'Ornans que Courbet avait fait poser un à un dans son atelier.

     

    Le peintre "pompier" 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     La foire aux servantes : Charles-François Marchal 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

     

    Charles-François Marchal est un peintre français. Né à Paris le 10 avril 1825, il y est décédé le 31 mars 1877. En septembre 1861, il vint à Nohant pour y rencontrer George Sand. Celle-ci dit de lui "Un gros ami qui ressemble assez à vos chiens de Terre-Neuve, qui pèse 182 livres et a de l’esprit comme quatre." Il est aujourd'hui connu comme son dernier amant.

     

    La Foire aux servantes 1864. Cette œuvre est une commande officielle passée à l’artiste par l’empereur Napoléon III par l’entremise de George Sand. Le tableau représente un moment de la vie économique de Bouxwiller (Alsace) ; au XIXe siècle, chaque 11 novembre se tenait la foire aux servantes (Gsindemärik en alsacien). Cette journée marquait le début des nouvelles embauches pour l’année à venir. La foire aux servantes était une journée festive.

     ***

    Gustave Courbet peint les personnages tels qu'ils sont, Alors que Charles François Marchal les peint de façon idéalisée, il embellit la réalité. On peut ainsi prendre conscience de la modernité de Courbet qui a peint son tableau 14 ans avant Marchal.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    Mon attention a été attirée sur cette artiste par ce très beau portrait, et j'ai cherché à me documenter davantage.

     

    Samedi : Mabel Alvarez

    Auto-portrait 1923

     

    Mabel Alvarez est née dans une famille espagnole de premier plan, originaire de l'île de Hawaï.

    Elle a vu son talent artistique révélé dès son jeune âge, et en1915 elle s'inscrit dans une école d'art de Los Angeles, où elle connaît un succès immédiat.

     Sa première peinture de portrait a été exposée au Musée de Los Angeles en 1917, un musée avec qui elle a continué une relation étroite jusqu'à sa mort.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Herman

    Dans les années 1920 et 30, ses œuvres ont été fortement influencées par le mouvement Synchroniste (branche du Cubisme) de Morgan Russel qui restera son professeur pendant plus de 20 ans.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Chat au repos

    Mais ses premiers tableaux sont basés sur son intérêt pour le symbolisme, l'Art Nouveau et l'impressionnisme .

    Samedi : Mabel Alvarez

    Composition symboliste

     Elle est décédée le 13 Mars 1985, à l'âge de quatre-vingt treize ans à Los Angeles.

    Samedi : Mabel Alvarez

    Fête de Pâques au Mexique

     

    Pour explorer son œuvre décennie par décennie, cliquer ICI

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    24 commentaires
  •  

     

    Samedi : Michael Carson

    Je vous présente un peintre américain dans la ligne de Kobayashi et de Liepke. C'est une façon de peindre que j'aime décidément beaucoup.

     

    Michael Carson est né en 1972 à Minneapolis, aux Etats-Unis.Il est diplômé de l'Institut Minneapolis of Art and Design en 1996. Il travaille en tant que graphiste et peint son premier tableau, trois ans après son diplôme. En 2001, il a commencé à peindre à plein temps.

     

    Samedi : Michael Carson

     

    Influencé par les peintures de Toulouse Loutrec, John Singer Sargent, Norman Rockwell, Malcolm Liepke, et Milt Kobayashi, Michael Carson est avant tout un artiste figuratif qui aime raconter une histoire. Ses personnages se retrouvent souvent dans les bars, boîtes de nuit, cafés et clubs de jazz , ou à la maison dans l'intimité. 

     

    Samedi : Michael Carson

     

    Samedi : Michael Carson

     

       Sa volonté est de mettre l'accent sur les relations entre la couleur et la lumière. Il aime intégrer dans ses oeuvres son goût pour le design, la mode et l'architecture. Il dit :  " Je considère un tableau comme un succès quand je prends de lui quelque chose de nouveau qui me suit dans mon prochain travail." 

     

    Samedi : Michael Carson

      Michael Carson a fait plusieurs expositions personnelles à Minneapolis dès 2003 et a participé à plusieurs expositions de groupe.

     

    Samedi : Michael Carson

     J'aime son sens cinématographique de la composition, la brillance des couleurs, le naturel des personnages, l'inventivité graphique.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    16 commentaires
  •   

    Ce tableau de Léon de Smet, peintre belge, est mon préféré :

     

    Léon de Smet

    Mais ceux-ci sont très beaux aussi :

    Léon de Smet

     

    Léon de Smet

     

    Léon de Smet

    J'aime beaucoup sa façon d'utiliser deux couleurs dominantes dans chaque tableau, et de jouer avec les touches légères et le flou. 

    La vie de léon de Smet :  ICI

    Et pour découvrir d'autres œuvres : colonne de droite "Musée Virtuel" et aussi : LA

      

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

    Extrait du Site de Patrick Germond

     

    "Né au Perreux-sur-Marne (94) en 1955, j’ai, comme tant d’autres, découvert le monde animal à travers deux endroits enchanteurs :
    - Le parc zoologique du Bois de Vincennes
    - L’ancienne galerie de zoologie du Muséum d’histoire naturelle de Paris... Un lieu magique !

     Ma formation de dessinateur d’arts graphiques, l’étude de la peinture flamande et hollandaise ainsi que mon intérêt pour l’hyperréalisme m’ont donné, avec tant d’autres écoles, le souci de la précision, du détail et du rendu de matière.
    Après une vingtaine d’année de peinture à l’huile, la découverte des qualités du pastel et des ses infinies possibilités, m’a naturellement amené à la pratique exclusive de cette technique qui répond parfaitement à  ma passion pour le dessin de précision et des rendus matières.
    Si, parfois, des lieux marqués par le temps – de vieilles pierres, un commerce ancien -  me touchent, les animaux sont ma principale source d’inspiration."

    Samedi : Patrick Germond

     

    Ceux qui me suivent savent déjà que je suis sensible à l'hyperréalisme. Ce pastelliste minutieux a attiré mon attention, et je voulais vous le faire connaître, si toutefois vous ne le connaissez pas déjà.

    La peinture animalière n'est pas trop mon domaine, même si j'ai fait quelques essais. Et j'avoue que le fait que l'artiste travaille d'après photos, même prises par lui, enlève, pour moi, un peu de son prestige. Mais comment faire autrement ? Un animal sauvage ne pose pas...

     

    Samedi : Patrick Germond

    C'est sa technique époustouflante qui me fascine. C'est très précis et très beau.

     

    Samedi : Patrick Germond

    J'aime bien aussi ses "vieilles pierres", c'est superbement réalisé, et j'y trouve beaucoup de poésie.

     

    Dans la colonne de droite de cette page, voir d'autres œuvres de Patrick Germont dans le "Musée Virtuel".

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    18 commentaires
  •  

     

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté ?

     

    Samedi dernier, pour "le Tableau du samedi", je vous ai présenté Milt Kobayashi, artiste américain d'origine japonaise.

    Je vous présente aujourd'hui un autre artiste, Malcolm Liepke, dont la peinture présente, à mon avis, une  parenté certaine avec celle de Kobayashi, de par sa technique comme de par ses thèmes, et dont le parcours ressemble étrangement à celui de cet artiste.

     

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ? 

    Malcolm Liepke est un artiste américain, né en 1954. Elevé à Minneapolis, il étudie au Center College Art à Los Angeles. Ses aspirations artistiques ont rencontré les même obstacles que celles de Kobayashi : il avait faim de formation classique plutôt que des idées conceptuelles enseignées dans cette école d'art.

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

     Tout comme Kobayashi, Liepke décide alors de s'installer à New York. Il dit (traduit par Amande...) : " Quand j'ai déménagé à New York, j'ai commencé à aller dans les musées et faire mon apprentissage avec tous les grands artistes ... Velazquez, Whistler, Chase, Vuillard, Sorolla et autres. J'ai appris la couleur, la composition et la technique. Je me suis rendu compte que leur travail était celui que je voulais accomplir. Ils étaient mes héros, alors je suis devenu leur élève ". Ne trouvez-vous pas que son cheminement est semblable à celui de Kobayashi ?

     Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

    Dans un nouveau projet artistique Liepke apprend la lithographie originale, et maîtrise cette technique difficile. Il choisi de travailler sur les mêmes presses lithographiques "Voirin" que Toulouse Lautrec avait pratiquées des siècles auparavant.

     Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

    Ses œuvres révèlent la sensibilité et l'élégance de Malcolm Liepke qui sont renforcée par cette technique.

    Samedi : Malcom Liepke, une étrange parenté avec... ?

     

    Depuis 1979, Liepke est devenu un nom très respecté. Les peintures de Liepke ont été exposées dans divers lieux prestigieux. 

     

    Et n'oubliez pas de regarder dans le Musée virtuel (à droite de cette page) d'autres œuvres de Malcolm Liepke !

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique