• Lundi - Trois poses

    Ce modèle posait souvent en gardant ses bijoux fantaisie, jamais les mêmes d'une séance à l'autre.

    Chaque fois que je revois ce dessin il m'évoque le poème de Baudelaire :

     

    La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,

    Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,

    Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur

    Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures...

                                                          (Les bijoux)

     

     

    Lundi -  Trois poses

    Encre sépia, aquarelle, lavis sur papier aquarelle

    « Dimanche - L'exposition 2020 (11- Fin)Mardi - Les auto-portraits (8) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    je passais
    Mercredi 5 Août à 22:13

    magnifique !

    michèle

    2
    Vendredi 7 Août à 15:20
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :