• Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     

     

    Le peintre réaliste 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

    Un enterrement à Ornans : Gustave Courbet

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles. 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

    Gustave Courbet, né le 10 juin 1819 à Ornans près de Besançon, et mort le 31 décembre 1877 en Suisse, est un peintre français, chef de file du courant réaliste. D'ailleurs son réalisme fait scandale.

     

    Courbet achève Un enterrement à Ornans en 1850, à une période charnière pour l’histoire de France : Napoléon III, a été élu président de la république.

     

    C'est dans le nouveau cimetière à l'écart de la ville d'Ornans que se déroule l'enterrement. Les personnages regroupés masquent les autres tombes et les murs du cimetière, ce qui nous laisse penser que la fosse a été creusée au milieu de nulle part. Le peintre fait figurer la scène à un moment précis : le convoi vient d'entrer dans le cimetière et est scindé en trois groupes (les officiants, les hommes et les femmes). Les 27 personnages pressés en double rang sont tous des habitants d'Ornans que Courbet avait fait poser un à un dans son atelier.

     

    Le peintre "pompier" 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     La foire aux servantes : Charles-François Marchal 

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

     

    Samedi - Courbet et Marchal deux scènes, deux styles.

      

     

    Charles-François Marchal est un peintre français. Né à Paris le 10 avril 1825, il y est décédé le 31 mars 1877. En septembre 1861, il vint à Nohant pour y rencontrer George Sand. Celle-ci dit de lui "Un gros ami qui ressemble assez à vos chiens de Terre-Neuve, qui pèse 182 livres et a de l’esprit comme quatre." Il est aujourd'hui connu comme son dernier amant.

     

    La Foire aux servantes 1864. Cette œuvre est une commande officielle passée à l’artiste par l’empereur Napoléon III par l’entremise de George Sand. Le tableau représente un moment de la vie économique de Bouxwiller (Alsace) ; au XIXe siècle, chaque 11 novembre se tenait la foire aux servantes (Gsindemärik en alsacien). Cette journée marquait le début des nouvelles embauches pour l’année à venir. La foire aux servantes était une journée festive.

     ***

    Gustave Courbet peint les personnages tels qu'ils sont, Alors que Charles François Marchal les peint de façon idéalisée, il embellit la réalité. On peut ainsi prendre conscience de la modernité de Courbet qui a peint son tableau 14 ans avant Marchal.

     

    Cet article a été rédigé pour la communauté "Le tableau du samedi" de l'ami  Jean-Marie .  

    « Vendredi - Un coup d'oeil dans le rétro : JadeDimanche - En séance : portrait au pastel (2) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Octobre 2014 à 19:09

    Découverte pour moi de Charles-François Marchal, c'est vrai que sa peinture se rapproche de celle de Courbet.

    2
    Samedi 11 Octobre 2014 à 21:25

    Elles sont très différentes dans la facture et dans l'esprit, je trouve, Livia smile

    3
    Samedi 11 Octobre 2014 à 22:06

    bonsoir Amande Douce,
    tous les samedis au soir, je me réjouis de ta nouvelle publication... 
    c'est une excellente idée de mettre côte à côte les tableaux de ces deux peintres 
    pour  des circonstances "campagnardes"
    j'ai toujours une grande admiration pour Courbet, un génie
    Marchal, je ne le connaissais pas...
    son tableau est agréable mais c'est sans doute celui d'un bon faiseur de commandes
    pompier ? je me demande  pourquoi cette expression...
    bonne soirée
    amitiés

    4
    Samedi 11 Octobre 2014 à 22:24

    Moi aussi, Jean-Marie, je me le suis toujours demandé. Peut-être parce qu'ils mettaient une certaine pompe dans leurs œuvres ?

    Et le tableau de Marchal est effectivement une commande...de Napoléon III, excusez du peu ! he

    5
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 10:31

    bon dimanche Amande Douce, qui cherche trouve:
    http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/art_pompier/153921
    j'aurais dû y penser avant !
    c'est intéressant, je crois
    amitiés

    6
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 19:03

    Je préfère le tableau de Courbet plus réaliste...je n'aurai jamais pensé qu'il avait fait poser  des gens un à un pour peindre cette foule...quel travail et quelle réussite!

    7
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 20:30

    Bravo, Jean-Marie !!!

    8
    Dimanche 12 Octobre 2014 à 20:30

    Bonsoir Gazou. C'est un gros travail, en effet !

    9
    Lundi 13 Octobre 2014 à 21:06

    Je me suis toujours demandé comment Courbet était arrivé à peindre tous les personnages de l' enterrement, un tableau énorme que j'ai pu voir au musée d'Orsay. Maintenant je sais. Merci Amande. Connaissais pas Charles-François Marchal. Tes esquisses à l'encre sont toujours aussi belles.

    10
    Lundi 13 Octobre 2014 à 21:13

    Merci Marcel ! J'avoue que je suis tombée sur ce tableau de Marchal par hasard, et tout de suite il m'a fait penser, par opposition, à celui de Courbet, une série de personnages, mais dans un décor et un style tellement différents !

    11
    Lundi 13 Octobre 2014 à 21:23

    Je sais que tu sais quel tableau je préfère !!! smile

    12
    Mardi 14 Octobre 2014 à 12:07

    Je sais qu'il y en a un des deux qui est trop noir pour toi...wink2

    13
    Mardi 14 Octobre 2014 à 21:06

    j'aime énormément le tableau d e Courbet que j'avais présenté il y a longtemps sur mon blog....

    Tous les deux ont su donner le ton d e'l'ambiance" de ce jour, la pesanteur d e l'enterrement et le côté festif d e cette étonnante transaction....(en vérité était ce festif pour tout le monde?)

    14
    Mardi 14 Octobre 2014 à 21:27

    On peut en effet se poser la question, Mamazerty. Cela fait plutôt un peu "marché aux esclaves"...sarcastic

    15
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 07:27
    Claudine/canelle

    Bonjour amande Douce 

    Je ne connaissais pas Marchal , j'aime beaucoup ces toiles , plus lumineuses que celles de Courbet 

    Bises

    16
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 10:27

    Le tableau de Courbet est vraiment impressionnant, surtout quand on a la chance de le voir en vrai.


    J'avoue que ce n'est pas mon préféré dans l’œuvre de ce grand peintre mais il est très beau et j'aime sa façon de peindre.


    http://quichottine.fr/2007/10/gustavecourbet.html


    J'aime aussi beaucoup ta mise en relation avec le tableau de Marchal. C'est très enrichissant.


     


    Passe une douce journée Amande.

    17
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 11:24

    Le thème n'est pas le même, ni la manière de peindre, c'est ce qui rend la comparaison intéressante, Claudine.

    18
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 11:27

    Tes liens sont très intéressants, Quichottine, merci beaucoup !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :