• Samedi - Le tableau du samedi : Baya Mahieddine

     Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est : "Et au milieu coule une rivière."

     

    Le hasard mène souvent mes recherches sur le net. Un thème, un artiste, une image dans un blog ou dans un article, je vagabonde et parfois ça fait tilt.

    C'est ce qui est arrivé pour ces œuvres de Baya Mahieddine qui m'ont séduite par leur univers coloré symbolique, un peu enfantin, et j'ai cherché un peu plus loin.

    J'ai choisi pour vous la présenter trois œuvres autour du thème de la rivière.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    Baya Mahieddine "Femme au bord de la rivière"

    (J'ai beau chercher, je ne vois pas la femme...mais ce n'est pas grave.)

     

    Donc, en cherchant un peu plus loin, j'ai découvert une artiste dont le destin original ne peut qu'attirer l'attention. Elle est née dans l'Algérie de l'époque coloniale, en 1931. Orpheline de ses deux parents à l'âge de 5 ans, elle est recueillie par sa grand-mère qui travaille dans la propriété horticole de colons.

    En 1943, elle devient femme de ménage de Marguerite Caminat, la sœur de la propriétaire de la ferme où travaille sa grand-mère. Marguerite Caminat est peintre. Baya commence à modeler des personnages et des animaux fantastiques et Marguerite Caminat l'encourage à réaliser des gouaches qui sont montrées à Aimé Maeght, marchand d'art et mécène et qui est de passage à Alger.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    En 1947 Maeght expose les œuvres de Baya à Paris dans sa galerie, avec un catalogue préfacé par André Breton. A 16 ans, Baya découvre Paris, rencontre Braque. En 1949 elle côtoie Picasso à Vallauris où elle réalise des sculptures en céramique.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    Mais en 1953 le rêve prend fin, elle a 22 ans, elle est "remise" à son tuteur qui la marie comme seconde épouse au musicien arabo-andalou El Hadj Mahfoud Mahieddine. Pendant dix ans Baya devra oublier pinceaux et céramique...

    Mais en 1963 elle participe à l'exposition "Peintres algériens". Le Musée d'Alger acquiert et expose ses œuvres de jeunesse. Encouragée par le conservateur du Musée elle reprend ses pinceaux et ne cessera plus de produire de grandes œuvres sur papier qui seront régulièrement exposées.

    Comme il faut toujours catégoriser les artistes...Baya sera considérée comme appartenant au mouvement de l'Art Brut et fait partie des fondateurs de l'art pictural algérien moderne.

    Source : Wikipedia

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

     

     

     

     

     

    « Vendredi - Deux poses deboutDimanche - L'exposition 2020 (6) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Juillet à 10:12

    Oui, cette manie de toujours vouloir tout classifier ! Merci pour cette découverte. Un art qui allie tradition et contemporain - certains artistes du street art suivent cette inspiration.  Il y a des rencontres déterminantes, car ce n'était pas acquis pour une femme, et de plus algérienne, à l'époque. Ce n'est pas du tout évident de conserver un regard de ce type, le notre est totalement déformé par ce que l'on voit et ce qu'on nous enseigne.

      • Samedi 11 Juillet à 15:44

        J'y vois un regard d'enfant, pur de toute influence.

    2
    Mamazerty
    Samedi 11 Juillet à 10:12
    Oui art brut d'une telle luxuriance,si lumineux,et gai... quelle belle découvert,merci Jeanne...
      • Samedi 11 Juillet à 15:45

        C'est un plaisir de partager avec vous, du groupe "Tableau du samedi", cette découverte.

    3
    Samedi 11 Juillet à 20:02

    Une belle découverte que cette artiste ,  des tableaux colorés, pleins de lumière de son pays .

    Merci  de nous  l'avoir présentée 

    Bonne soirée 

      • Dimanche 12 Juillet à 13:04

        Merci à toi d'être passée, Jazzy smile

    4
    Dimanche 12 Juillet à 01:24

    Beaucoup de vie, de spiritualité dans ces oeuvres, on est comme transportés dans un autre monde, vers une rivière archétypale...

    Un bien beau choix, merci pour la découverte et le voyage

    Cendrine

      • Dimanche 12 Juillet à 13:05

        Tu trouves toujours les mots, Cendrine yes

    5
    Dimanche 12 Juillet à 09:23

     J ' aime bien la couleur 

     on dirait  des mosaiques , ou des fersques 

     la mer est bien représentée  avec tout son entourage 

     c'est une belle trouvaille 

     bon dilanche pour toi

     kénavo Amande 

      • Dimanche 12 Juillet à 13:07

        C'est la rivière et non la mer, on voit les deux rives. C'est vrai que cela ferait de très jolies mosaïques, dans une salle de bains, par exemple !

        Bon dimanche aussi dans la belle Bretagne, Monica.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :