•  

    "...L'or semble avoir absorbé tous les symboles positifs du jaune, qui a été dépossédé de sa part positive pour devenir une couleur éteinte, mate, triste...pis, il est devenu symbole de trahison, tromperie, mensonge." Michel Pastoureau, spécialiste de la couleur en peinture.

     

    Malgré tout, quand les peintres osent le jaune, il explose, magnifie, vibre.

    On connaît les jaunes de Van Gogh :

     

    Samedi - Le tableau du samedi : la couleur jaune

     

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

     

    Mais d'autres aussi ont osé :

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Vermeer

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Turner

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Sérusier

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Franz Marc

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Chagall

     

    Samedi - Le tableau du samedi : couleur jaune

    Kupka

     

    Et vous, aimez-vous le jaune ?

     

    C'est ma contribution au "Tableau du samedi" dirigé par Lady Marianne.

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Duane Bryers est un dessinateur américain qui a donné naissance en 1950 au personnage de Hilda, la première pin-up ronde.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Duane Bryers, un petit tour chez Hilda

     

    Ronde, rousse et joyeuse, elle passe sa vie en petite tenue et vit plein d'aventures drôlatiques.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Duane Bryers, un petit tour chez Hilda

     

    Vous la connaissez peut-être déjà, mais c'est toujours un plaisir de la voir, non ?

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Duane Bryers, un petit tour chez Hilda

    Pour en voir davantage et en savoir plus sur Duane Bryers : voyez ici

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    Nicolas Odinet est un peintre normand contemporain. Il a attiré mon attention au hasard du net. Ses jeux de lumière sont intéressants, les thèmes abordés montrent la joie de vivre et d'être ensemble.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Nicolas Odinet

    Seul bémol : son traitement de l'image est un peu systématique. mais on ne lui en voudra pas, c'est son style ! On trouve en lui quelque chose de Sorolla, le peintre de la lumière...

    Vous en verrez plus et vous en saurez plus aussi sur son site

     

    Pour "le tableau du samedi", géré par Lady Marianne


    22 commentaires
  •  

     

    Juste ce tableau atypique de Derain qui m'amuse beaucoup. Il l'a peint à l'âge de 23 ans, pendant son service militaire.

    J'adore !

    J'espère qu'il vous amusera autant que moi !

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Derain, pour rire un peu

    Le Bal à Suresnes

    Et un commentaire très pertinent, qui n'est pas de moi, mais trouvé sur ce site : Analyse d'oeuvre 

    Entrons dans le monde de la "Comédie humaine" ! 

    "L’humour ne transparaît pas de prime abord, bien au contraire. La toile comme ses personnages dégagent une certaine angoisse, un malaise ambiant lorsqu’on les contemple. C’est une scène plutôt incongrue, et pourtant inspirée de la vie de conscrit du peintre. Un soldat peu aguerri engage sur la piste une danse de salon, sous les yeux d’un public réduit, trois de ses confrères d’épée. Le regard fuyant, on sent notre gentilhomme du jour en déroute, c’est presque si l’on ne l’entend pas compter ses pas tant il paraît concentré. Une tête au-dessus de lui, sa partenaire le suit. Le visage froid et figé elle ne parvient pas à nous mettre plus en confiance. Leur duo en devient risible, incarnant la maladresse et tourné en dérision par leur différence de taille. Les soldats qui leur servent de public respirent l’ennui pour deux d’entre eux, tandis que le troisième oscille entre le dédain et la curiosité.

    Nous voici face à une scène de théâtre, une scène de la tragédie humaine en écho à la Comédie humaine de Balzac. Derain a le sens de la composition. Désintéressé par les paysages à cette époque, et par les décors, il épure sa toile, ne laissant que ce qui sert la narration. Dans la veine de Toulouse-Lautrec et de Zola, il aime se consacrer à la dureté et la réalité du monde. Le laid reprend ses droits et l’idéalisation n’a plus lieu d’être. Il choque par les couleurs. Le rouge et le vert entrent directement en confrontation dans cette valse. Le bleu électrique nous éclate au visage tout en liant pourtant l’ensemble du tableau. Et enfin le blanc, ce blanc immaculé, ce blanc venu contre toute attente, s’appose en plein centre de la toile. C’est un gang, la main du soldat qui tombe à plat sur les hanches de la femme. Elle semble totalement désincarnée de son corps, disproportionnée, apparaissant comme une tâche au reflet de la scène qui se déroule devant nos yeux. Entre réalisme et ironie, Derain nous fait le portrait d’une société en mutation, à la veille de la Première Guerre mondiale. Une société qui va vivre un nouvel élan artistique, auquel il ne manquera pas de participer, restant pourtant dichotomique entre sa position d’avant-gardiste et sa méfiance envers la modernité."

     

    C'est pour le "Tableau du samedi" géré par Lady Marianne


    12 commentaires
  •  

     

    Joseph Lorusso est un peintre américain. Ayant fait plusieurs voyages en Italie avec ses parents pendant sa jeunesse il a été sensibilisé à la peinture italienne. 

    Samedi - Le tableau du samedi : Joseph Lorusso

     Puis il découvre les impressionnistes et s'intéresse beaucoup à Manet, Vuillard. Viennent ensuite d'autres influences : Sargent, Sorolla, Whistler... 

    Il écrit :" Je crois qu'un art vraiment génial peut déclencher quelque chose de plus profond en nous." (traduit de l'américain).

    Sa biographie : ICI

    Son site : ICI

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Joseph Lorusso

     

    Il travaille dans une gamme de couleurs chaudes.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Joseph Lorusso

     

     

    Il peint aussi des paysages, mais ce sont ses portraits et scènes de vie qui ont attiré mon attention.

    Les personnages occupent sur la toile une place prépondérante. Il peint beaucoup de femmes, des couples, des scènes de bistrots, des scènes d'intérieur. De l'amour, pas de drames, c'est un peu le même univers que celui de Malcolm LIEPKE, de Milt KOBAYASHI, de Michaël CARSON que je vous ai déjà présentés par le passé.

     

    Ceci pour "Le tableau du Samedi " géré par Lady Marianne.


    6 commentaires
  • Samedi - Le tableau du samedi : Daniella Willett-Rabin

     

    J'ai choisi de vous présenter cette artiste parce que les couleurs gaies, l'accumulation de graphismes dans les décors, m'ont beaucoup plu et vont bien avec l'été brûlant que nous vivons.

    Dès son plus jeune âge Daniella Willett-Rabin a voyagé et vécu dans divers endroits du monde, étudiant à la fois les percussions et l'art. Après avoir été diplômée d'un Lycée d'Arts visuels à Salamanque, en Espagne, Daniella est revenue aux Etats-Unis.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Daniella Willett-Rabin

     

    Déclaration de l'artiste :

    "La peinture est ma passion et ma joie, et pour moi, l’art est une célébration de la vie. Mes peintures ont une palette brillante et saturée parce que j'aime la liberté de ne pas avoir de contrainte en matière de couleur. J'utilise beaucoup de motifs et de points de manière décorative pour accentuer mon travail. Les médias dans lesquels je travaille actuellement sont de l’huile ou de la peinture acrylique. Le sujet reflété dans mes peintures embrasse l'architecture, la musique, la danse et la nature. Ce sont tous des éléments qui me procurent du bonheur dans ma vie quotidienne. J'espère partager cette joie et cette passion avec les autres à travers mon art. "

     

    Merci ALICE de m'avoir fait découvrir cette artiste.


    9 commentaires
  •  

     

     

     

     Autoportrait

     

    Henri Landier est un peintre et graveur français né le 14 juin 1935 à Paris où il vit et travaille au pied de la butte Montmartre.

     

    Cliquez sur ce lien pour le découvrir

     

     

     

    En juin dernier une exposition de ses œuvres a été organisée à Montmartre : Voir l'expo ici

     

    J’aime sa façon de peindre colorée, joyeuse, lumineuse. Avec parfois un petit air de Matisse, surtout dans les portraits.

     

     

    J'espère qu'il vous plaira aussi !

     


    12 commentaires
  • (Observez qui est le pianiste qui accompagne Bobby Lapointe) 

     

    Bernard Gout est un peintre atypique. Je le connais un peu, faisant partie comme lui d'une association culturelle locale qui organise des expos à thèmes, un petit groupe qui mélange les pros (comme lui) et les amateurs (comme moi).

     

    Le tableau du samedi - Bernard Gout 

    Série d'auto-portraits

    Il est connu surtout pour ses peintures en trompe-l'oeil et les fresques murales qu'il a peintes ici ou là dans les communes du département.

     

    Le tableau du samedi - Bernard Gout

    Le vélo

    Le tableau du samedi - Bernard Gout

    La fleuriste

    C'est un artiste auto-didacte et original. Chacune de ses œuvres surprend et beaucoup font sourire. 

     

    Le tableau du samedi - Bernard Gout

    Equilibre

     

    Pour tout savoir sur cet artiste : son site 

    Et aussi : Un article de presse très complet


    10 commentaires
  •  

     

     

    Catherine Chauloux est une artiste peintre française.

    (Son site)

     

    "Née en 1957 à Nantes, elle vit dans la région nantaise. Peintre autodidacte, elle a eu pour maîtres les peintres de la renaissance italienne et flamande. Dans un premier temps, elle se passionne pour l'art fantastique, puis délaisse celui-ci pour s'orienter vers une peinture plus réaliste inspirée de l'orientalisme. Enfin elle revient avec lyrisme aux frontières de l'imaginaire."

     

    Cette artiste me séduit par la force de son imagination, par son humour sous-jacent et par les superbes couleurs de ses œuvres.

     

    Et à vous, elle vous plaît ?


    15 commentaires
  •  

     

     

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Hope Gangloff

     J'ai trouvé ceci à propos de Hope Gangloff : 

     

    L'important travail de cette artiste new-yorkaise est constitué d'un nombre substantiel de portraits vivants. Dans une interview avec Vogue , Hope Gangloff décrit son choix de sujet comme une escalade: 


    " Un étranger qui ne regarde pas beaucoup d'art ne comprend pas pourquoi je peins des choses similaires encore et encore ... Mais il y a toujours des micro mouvements.  Les grimpeurs cherchent de petits changements dans les rochers pour les aider à grimper et à continuer. Quand je regarde une peinture, je cherche aussi le mouvement qui va déclencher autre chose. La peinture entière est comme un problème que j'essaie de résoudre. "


    Vous pouvez voir plus de portraits de l'artiste, ainsi que ses peintures de natures mortes, dessins à l'encre, et des affiches politiques sur son Site Web et son Instagram .

     

    Ce qui me plaît dans l'œuvre de Hope Gangloff, c'est évidemment que ce sont la plupart du temps des portraits très vivants, et c'est aussi qu'elle utilise souvent des graphismes (rayures, carreaux, fleurs, taches répétitives) et j'adore ça. Ces graphismes dévoilent le corps et l'accompagnent. Ils donnent de la vie.

    Encore un tableau ?

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Hope Gangloff


     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique