•  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est : "Hommage aux chevaux".

    A tout seigneur tout honneur, j'ai choisi une oeuvre de la merveilleuse peintre animalière : Rosa Bonheur (1822 - 1899).

    Née à Bordeaux, son père était le peintre Raymond Bonheur. D'abord mise en apprentissage chez une couturière, ses aptitudes artistiques reconnues Rosa deviendra élève de son père qui la prendra dans son atelier. Elle se spécialise dans la peinture et la sculpture animalières.

    Au décès de son père en 1849, elle reprend son atelier.

     

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand format

    Samedi - le tableau du samedi : Hommage aux chevaux

     

    Rosa Bonheur - "Le marché aux chevaux"

     

    Ce tableau extraordinaire fait exploser sa notoriété et elle acquiert une reconnaissance internationale. Le tableau se trouve d'ailleurs au Metropolitan Museum of Art de New-York.

    Théophile Gautier écrit à son propos en 1867 :

    " ...avec elle, il n'y a pas besoin de galanterie, elle fait de l'art sérieusement, et on peut la traiter en homme. La peinture n'est pas pour elle une variété de broderie au petit point."

    Ce qui donne une idée de la place qu'on attribuait aux femmes sous le Second Empire...

     

    Et comme sûrement d'autres que moi auront choisi cette incroyable oeuvre, je vous propose un second tableau, celui là d'Edgar Degas wikipedia, peintre des chevaux s'il en fut, et particulièrement des chevaux de course. Un tableau beaucoup plus "calme", bucolique, et qui donne une image toute  différente de la vie de ces merveilleux animaux.

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand format

    Samedi - le tableau du samedi : Hommage aux chevaux

     

    Edgar Degas (1834 - 1917)  "Chevaux dans un pré"

    Ce tableau présente des chevaux tendrement rapprochés, dans un calme pâturage, sur des collines aux pentes douces. Et au milieu coule une rivière...


    18 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est "Promenade en bord de mer".

     

    J'ai choisi ce tableau de Francis Owen Salisbury ( 1874 - 1962 ), peintre anglais pratiquant un art conservateur, et étant très virulent concernant l'art moderne, particulièrement à propos de Picasso, Chagall et Mondrian.

    Francis Owen Salisbury était un enfant délicat, à tel point qu'il n'a pas été à l'école, il a étudié à la maison sous la conduite de sa sœur. A quinze ans il est entré comme apprenti dans l'entreprise de vitraux de son frère aîné. Son frère constate vite que Francis est très doué et le pousse à étudier la peinture. C'était un portraitiste (il a plusieurs fois peint le portrait de Winston Churchill), il peignait aussi de grands tableaux  historiques et était illustrateur.  

    Il a épousé Alice Maude avec qui il a eu plusieurs enfants, dont les jumelles Monica et Sylvia qui sont représentées sur le tableau que je vous présente. Il a souvent peint ses enfants. 

    Il était très apprécié des américains.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Promenade en bord de mer

    Francis Owen Salisbury 

    Je trouve tout à fait séduisant ce portrait des deux jumelles en promenade en bord de mer. La mer est juste une tache bleue, au loin, à droite de l'oeuvre, derrière des rochers bruns.

    Un foisonnement de dentelles orne les costumes des enfants et garnit la voiture en osier dans laquelle on les promène. C'est un gros plan délicieux sur ces deux poupettes dont on aimerait couvrir de baisers les joues rosies par l'air marin !

    La capote crée une ombre légère qui fait ressortir les accents de lumières sur la blancheur des dentelles et des oreillers.

    Et j'adore que ce soit un homme qui ait peint cette scène pleine de féminité.


    14 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est Bruegel.

     

    Pour cette deuxième semaine, j'ai choisi une oeuvre de Pierre Brueghel le Jeune ( surnommé d'Enfer à cause de ses thèmes favoris), fils de Pierre Brueghel l'Ancien.

    Ici, pas de fiesta villageoise , on ne s'amuse pas, on essaie de démêler ses soucis...

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Vous avez dit Bruegel ? (2)

     

    Brueghel le Jeune  ( 1565 - 1636 ) "L'avocat des paysans"

    Sur ce tableau on voit que déjà que la paperasse submergeait le peuple ! On voit des sacs remplis de documents qui sont partout, sur des étagères, suspendus à  des clous, étalés sur la table, en tas sur le sol. Les clients, le chapeau à la main, font la queue et attendent que l'avocat daigne s'occuper de leur problème. Et ça se passe en public : pas de bureau discret ni de propos confidentiels. Les paysans paient l'avocat en nature, avec volaille, fruits etc...

     

    De nombreuses copies ont été réalisées pour satisfaire la clientèle du peintre.

     


    14 commentaires
  • La vie paysanne et les fêtes de village sont un des thèmes récurrents de Bruegel l'Ancien peintre à la tête d'une dynastie de peintres qui s'inspirèrent de leur aîné dans leurs œuvres. Après avoir beaucoup hésité et attrapé le tournis à admirer les œuvres foisonnantes de ce grand Maître et de ses descendants, j'ai choisi de me pencher sur les noces.

    Ces compositions de la fin du XVIème ou du début du XVII ème siècle eurent un grand succès auprès de la clientèle de l'artiste. Il en existe plusieurs versions dont je vous présente trois exemples. 

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Vous avez dit Bruegel ?

     

    La danse de noces

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Vous avez dit Bruegel ?

     

    La danse de la mariée en plein air

    En observant ces tableaux on voit certains personnages qui se retrouvent, en particulier le couple en bas à gauche de chaque tableau qui ont les mêmes attitudes mais avec des costumes différents. Et on les retrouve inversés, à droite de ce troisième tableau sur le même thème.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Vous avez dit Bruegel ?

     

    Noces

    On retrouve d'autres personnages récurrents, comme les amoureux qui s'embrassent, un autre couple dont le danseur tient les deux mains de sa partenaire et regarde ses pieds...Et le décor, avec ses beaux arbres, se ressemble aussi d'un tableau à l'autre.

    Au delà de cette production en série et de ces ressemblances on ne peut qu'admirer la virtuosité du peintre, la vigueur de ses personnages et le jeu joyeux des couleurs de leurs vêtements.

     


    14 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est pour la deuxième semaine le bouquet champêtre.

     

    J'ai choisi ce bouquet d'Edouard Manet, élégant comme son auteur, simple, sobre.

    Un vase à la solide base carrée, presque scintillant, et quelques corolles qui en dépassent. Petit bouquet cueilli pendant la promenade du dimanche, qu'on a posé là en souvenir d'un bon moment passé dans la Nature et que l'artiste l'a immortalisé.

    Je l'ai choisi parce qu'il me rappelle un petit tableau au mur de la chambre où je dormais quand j'allais chez ma grand-mère. Je l'avais en face de moi quand j'étais couchée et je le trouvais tellement beau dans sa simplicité.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Bouquet champêtre (2)

     

     

     

    Pour le deuxième bouquet, j'ai choisi cette oeuvre de Edgar Degas, bouquet complètement différent du précédent.

    Le peintre a noyé son bouquet de fleurs des champs - coquelicots, marguerites, épis de seigle - dans le foisonnement des fleurs du papier peint à fond vert, des arabesques sur la nappe à dominante bleue qui évoque une rivière . Même le pot de céramique est décoré de fleurs !

    Un effet d'accumulation dont la richesse aurait pu brouiller la vue et donner le tournis, mais non : on voit très bien le bouquet et c'est lui la vedette dans son vase rose au milieu de cette foule de couleurs.

    Il fallait bien être Degas pour gagner ce pari !

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Bouquet champêtre (2)


    18 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est "Bouquet champêtre".

     

    Pour ce thème j'ai choisi deux oeuvres.

     

    samedi - Le tableau du samedi : Fleurs des champs

    Egon Schiele ( 1890 - 1918)

    Tournesol

    L'esprit tourmenté de l'artiste se retrouve dans cette plante dont les pétales torturés et les feuilles tombantes ne sont guère différents de ce qu'il met en scènes dans ses auto-portraits.

     

    samedi - Le tableau du samedi : Fleurs des champs

     

    Lucian Freud (1922 - 2011)

    Buttercups

    Ce bouquet oppose le foisonnement des fleurs entremêlées au côté massif du récipient (probablement un lavabo lave-mains) où est posé le pichet qui les contient. Pas de mise en scène esthétique pour cette botte de fleurs des champs. Un côté "brut" étonnant quand on voit le traitement presque hyperréaliste des fleurs.

     

    Deux peintres anticonformistes et géniaux. Egon Schiele n'a pas vécu trente ans, Lucian Freud a eu une longue vie de 89 ans.

    * J'ai ajouté dans la colonne de droite, dans mon Musée virtuel, un troisième bouquet assez étonnant de Vincent Van Gogh.

     


    14 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est : "La vie en rose".

     

    J'avais écrit un billet sur la couleur rose que vous pouvez retrouver ICI .

    Pour ce tableau du samedi j'ai choisi ce joli tableau de Sir John Lavery.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : "La vie en rose"

     

     

    Cette jeune femme en robe rose  en pleine sieste, plongée dans de doux rêves, montre exactement ce que j'aimerais vivre en ce moment, alors qu'avec la température excessive de cet été chaud je suis incapable de me reposer correctement, et je suppose que je ne suis pas la seule !

    Sir John Lavery (1856 - 1941) est un peintre irlandais ayant fréquenté à Paris la fameuse Académie Julian entre autres dans l'atelier de Bouguereau peintre "académique" très prisé à l'époque.

    En 1888 il reçoit commande d'un portrait de la Reine Victoria, ce qui lance sa carrière.

    Commissionné pour être peintre de la première guerre mondiale, il est blessé lors de l'attaque d'un Zeppelin et cette mission tourne court.

     


    18 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est la deuxième semaine de "Femmes portant chapeau".

     

    On ne présente plus ces deux peintres...

    Degas, le peintre des danseuses et des chevaux a aussi peint les femmes dans leurs vie intime, se coiffant, prenant un bain. C'était novateur à l'époque, on peignait plutôt des portraits convenus de femmes de la bonne société.

     

    Degas (1834 - 1917)

    Femme devant un miroir

    Quant à Bonnard, c'était le peintre de la vie intime. Il peignait l'intérieur de sa maison, son jardin, les paysages environnants, mais surtout il peignait sa femme dans sa vie intime, lui aussi. Marthe prenant son bain, Marthe devant un miroir, Marthe attablée, Marthe avec son petit chien...

    Sur ce tableau ce n'est pas Marthe qui pose, mais une jeune fille.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Femme portant chapeau (2)

    Bonnard (1867 - 1947)

    Fille au chapeau de paille

     

    Deux peintres, deux univers, deux génies, deux de mes peintres préférés !


    15 commentaires
  •  

    Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, ainsi que samedi prochain, c'est "Femme avec chapeau".

     

    J'ai choisi pour cette semaine le XVIIème siècle avec deux tableaux.

    Le premier tableau est signé Pierre Paul Rubens. Il représente Suzanne Fourment, belle-soeur de la soeur de sa première épouse Isabelle Brant, et dont il épousera plus tard la soeur : Hélène Fourment. C'est donc à l'époque sa future belle-soeur. Vous vous y retrouvez ?

    Elle porte un chapeau de paille orné d'une superbe plume et arbore, en pleine lumière, un décolleté pigeonnant très séduisant.

    J'adore la délicatesse de l'ombre du chapeau sur son visage.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Femme portant chapeau

    Pierre Paul Rubens (1577 - 1640) - Peintre flamand.

    "Suzanne Fourment au chapeau de paille"

    Rubens fut un peintre très productif puis qu'on a recensé de lui plus de 1400 peintures. 

    Il traitait surtout des sujets religieux, mythologiques ou historiques. Prisé par les Grands de son pays, il a joué aussi un rôle diplomatique car ayant beaucoup voyagé, il parlait ou comprenait le français, l'allemand, l'italien, l'espagnol et le latin.

    Tout sur Rubens

     

    Le second tableau est une oeuvre de Johannes Vermeer. Il représente une femme portant un chapeau rouge. On y retrouve, inversé, le regard jeté vers l'arrière de la "Jeune fille à la perle", la bouche entrouverte et humide.

    Le chapeau, d'un rouge éclatant, met le regard dans l'ombre. Le décor et le vêtement servent d'écrin au personnage saisi en plein mouvement et plein de vie et de naturel.

     

    Ici une étude du tableau très précise et vivante.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Femme portant chapeau

     

    Johannes Vermeer (1632 - 1675) Peintre hollandais.

    Femme au chapeau rouge

    Ce peintre est essentiellement connu pour ses scènes de genre décrivant des intérieurs et des scènes de la vie domestique. C'est un des Maîtres du siècle d'or hollandais avec Rembrandt et Frans Hals.


    8 commentaires
  •  Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi, c'est : "Et au milieu coule une rivière."

     

    Le hasard mène souvent mes recherches sur le net. Un thème, un artiste, une image dans un blog ou dans un article, je vagabonde et parfois ça fait tilt.

    C'est ce qui est arrivé pour ces œuvres de Baya Mahieddine qui m'ont séduite par leur univers coloré symbolique, un peu enfantin, et j'ai cherché un peu plus loin.

    J'ai choisi pour vous la présenter trois œuvres autour du thème de la rivière.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    Baya Mahieddine "Femme au bord de la rivière"

    (J'ai beau chercher, je ne vois pas la femme...mais ce n'est pas grave.)

     

    Donc, en cherchant un peu plus loin, j'ai découvert une artiste dont le destin original ne peut qu'attirer l'attention. Elle est née dans l'Algérie de l'époque coloniale, en 1931. Orpheline de ses deux parents à l'âge de 5 ans, elle est recueillie par sa grand-mère qui travaille dans la propriété horticole de colons.

    En 1943, elle devient femme de ménage de Marguerite Caminat, la sœur de la propriétaire de la ferme où travaille sa grand-mère. Marguerite Caminat est peintre. Baya commence à modeler des personnages et des animaux fantastiques et Marguerite Caminat l'encourage à réaliser des gouaches qui sont montrées à Aimé Maeght, marchand d'art et mécène et qui est de passage à Alger.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    En 1947 Maeght expose les œuvres de Baya à Paris dans sa galerie, avec un catalogue préfacé par André Breton. A 16 ans, Baya découvre Paris, rencontre Braque. En 1949 elle côtoie Picasso à Vallauris où elle réalise des sculptures en céramique.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

    Mais en 1953 le rêve prend fin, elle a 22 ans, elle est "remise" à son tuteur qui la marie comme seconde épouse au musicien arabo-andalou El Hadj Mahfoud Mahieddine. Pendant dix ans Baya devra oublier pinceaux et céramique...

    Mais en 1963 elle participe à l'exposition "Peintres algériens". Le Musée d'Alger acquiert et expose ses œuvres de jeunesse. Encouragée par le conservateur du Musée elle reprend ses pinceaux et ne cessera plus de produire de grandes œuvres sur papier qui seront régulièrement exposées.

    Comme il faut toujours catégoriser les artistes...Baya sera considérée comme appartenant au mouvement de l'Art Brut et fait partie des fondateurs de l'art pictural algérien moderne.

    Source : Wikipedia

    Samedi - Le tableau du samedi : Baya  Mahieddine

     

     

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique