• Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi c'est : "L'antiquité". 

    Dans cette période de l'Antiquité, ma préférence va aux portraits du Fayoum, mais j'avais déjà parlé de ces merveilles le 8 février 2014, vous pouvez vous y reporter, elles en valent la peine !

    C'est en grande partie par la préservation des villes ayant subi le volcanisme du Vésuve : Pompéi, Herculanum...que nous connaissons la peinture romaine du IIème siècle avant JC jusqu'à l'an 79 de notre ère. De nombreuses fresques ont été retrouvées au cours des fouilles.

    Les Romains ont imité les modèles et les techniques de la Grèce antique, ils en ont fait d'innombrables copies.

    J'ai choisi quelques unes de ces peintures murales dont les couleurs vives m'ont séduite.

     

    Samedi - Le tableau du samedi :

    Tombe des Léopards danseurs 5ème siècle avant JC

    Les personnages sont en plein mouvement, les instruments de musiques bien représentés.

     

    Samedi - Le tableau du samedi :

    Fresque romaine de la Villa dei Misteri à Pompéi

     

    Les personnages sont sérieux, assez hiératiques le fond rouge fait ressortir les silhouettes.


    2 commentaires
  •  

    Une pose de dix minutes.

     

     

    Sanguine et craie blanche sur papier recyclé brun


    votre commentaire
  •  

    Portrait d'une jeune femme qui a gardé tout le long de la séance cet air inquiet, anxieux. Sans doute ruminait-elle ses soucis...

     

    Jeudi - Un coup d'œil dans le rétro : "Jeune femme inquiète"

    Pastels secs sur pastelmat

     


    votre commentaire
  •  

    Deux poses assises.

     

    Mercredi -

     

    Encre sépia et aquarelle sur papier aquarelle


    votre commentaire
  •  

    Stanislas Wyspianski (1869 - 1907) est un artiste polonais qui avait tous les talents : peintre, dessinateur, poète, dramaturge, scénographe, designer et metteur en scène. Sa carrière s'est déroulé à Cracovie, sa ville natale.

    Leader du mouvement "Jeune Pologne", c'est un artiste prolifique qui a aussi créé des vitraux qu'on peut encore voir dans plusieurs institutions de Cracovie.

     Mardi - Stanisław  Wyspiański

    Vitrail "Création du monde" Eglise des Franciscains à Cracovie

     

    Orphelin de mère à 7 ans, son père le confie à son oncle et reçoit une solide  éducation. Il étudie à l'Université et à l'Ecole des Beaux-Arts de Cracovie.

    De 1890 à 1894 il voyage et travaille à l'étranger : Allemagne, Italie, Suisse. Il séjourne aussi en France où il rencontre entre autre Gauguin et les Nabis et est fortement influencé par Puvis de Chavannes. Il fréquente aussi la Comédie-Française et l'Opéra de Paris.

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

     

    "La Parisienne"

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

     

    "Maternité" - 1905

     

    Il rentre en Pologne et travaille sur les vitraux de différents monuments de Cracovie. C'est alors qu'il rencontre sa future épouse Teodora Pytko, une simple paysanne, ils auront 3 enfants, mais pour sa famille ce mariage est une mésalliance et elle rompt toute relation avec le couple. Ce qui entraînera des soucis d'argent permanents.

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański 

     

    "L'artiste et sa femme"

     

    En 1898 Wyspianski apprend qu'il est atteint de syphilis. Cette maladie, peu à peu, rongera son corps. Ne pouvant plus faire de travaux nécessitant des efforts physiques, il se met au pastel, technique peu coûteuse et plus rapidement exécutée que la peinture à l'huile. Il fait des portraits sur commande et peint aussi son entourage, il adore dessiner des portraits d'enfants et fait aussi plusieurs auto-portraits.

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

     

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

    Il se consacre aussi au théâtre.

    Il meurt de la syphilis et la Pologne prend le deuil.

     

    Mardi - Stanisław  Wyspiański

     

    Auto-portrait

     

     

     

     


    4 commentaires
  • Pour le "Tableau du samedi" initié par Jean-Marie, repris par Lady Marianne et continué par Fardoise et Lilou le thème, ce samedi pour la deuxième fois, c'est : "L'orientalisme".

     

    Cette semaine, abandonnant les belles orientales dans leur harem, je vous emmène dans le désert avec le peintre Léon Belly peintre français (1827 - 1877). 

    Ce peintre fréquente les membres de l'école de Barbizon qui prônaient la peinture de plein air et d'après nature, au lieu de la seule peinture d'atelier.

    En 1850, il participe à une mission scientifique au Liban, en Palestine et en Egypte, et peint alors des sujets orientalistes.

     

    Samedi - Le tableau du samedi : Les orientalistes (2)

     

     "Pélerins en voyage pour La Mecque"

     

     Samedi - Le tableau du samedi : Les orientalistes (2)

     

    "Chasse à la gazelle en Egypte"

     

    J'ai été intéressée et admirative devant ces tableaux étonnamment précis, vivants, à la composition équilibrée, véritables documents très différents des œuvres orientalistes basées beaucoup plus sur le rêve et la sensualité que sur la réalité de la vie en Orient.


    14 commentaires
  •  

    Une pose de dix minutes.

     

    Vendredi -

    Crayon noir et craie blanche sur papier recyclé bleu


    4 commentaires
  •  

    Une scène où les dessinateurs sont face à face, et le modèle au milieu ! D'où ce titre puisque les uns dessinent le recto du modèle, les autres le verso.

     

    Et me voici en pleine action !

     

    Jeudi - Un coup d'œil dans le rétro :

     

    Et voilà cette scène terminée.

    Elle avait déjà été publiée le 16 mars 2014.

     

    Jeudi - Un coup d'œil dans le rétro :


    2 commentaires
  •  

    Pose de dix minutes.

     

    Mercredi - Nu couché

    Crayon bleu et craie blanche sur papier recyclé bleu


    votre commentaire
  •  

    Laurits Andersen, dit L.A. Ring (1854 à Ring - 1933) est un peintre symboliste danois.

    Il étudie à l'Académie Royale des Beaux-Arts du Danemark. Mais l'enseignement académique strict ne le satisfait pas.

    Sa première exposition a eu lieu en 1882, mais il ne fut reconnu qu'en 1884 à l'exposition de son tableau The Railroad Guard.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring) 

    "The Railroad Guard"

     

    Le Danemark traversait une période politique troublée, un gouvernement autoritaire était au pouvoir et L.A. Ring militait dans un groupe révolutionnaire d'étudiants.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

     

    Il s'intéressait aux difficultés des pauvres et à la justice sociale.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

     

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

     

    Pendant qu'il vivait à Copenhague, il devient l'ami proche du peintre amateur Alexander Wilde et fréquente beaucoup sa famille.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

     

    Il tombe amoureux de Johanne, la femme de Wilde, dont il peint plusieurs portraits. Malgré une correspondance abondante et intime avec lui, celle-ci reste fidèle à son mari. Se rendant compte que cette relation est sans avenir, il rompt avec la famille Wilde et sombre dans la dépression. En 1893 il part en Italie.

    A son retour, il entreprend une série de peintures avec pour modèle Sigrid Kähler, elle-même peintre, qu'il épouse en 1896. Elle a 24 ans, et lui 42. Ils ont eu trois enfants.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

    "Le mois de juin"

     

    L.A. Ring s'inspire de la tradition danoise de l'art "almue" (folk) mais il est aussi influencé par des peintres plus modernistes tels que Gauguin et Millet.

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

     

    "Femme regardant par une lucarne"

     

    Mardi - L'artiste du mardi : Laurits Andersen (L.A. Ring)

    "Le petit déjeuner"

     

    C'est ce dernier tableau qui a attiré mon attention sur ce peintre : l'ambiance paisible, les couleurs douces, l'alliance de la nature et de l'intimité quotidienne. J'ai aimé.

    Et vous ?

     

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires