•  

    Je continue à recouvrir la toile. J'ai choisi un ton carmin d'alizarine foncé pour le bar, et un outremer foncé pour le costume du personnage de gauche. Quelques détails apparaissent : le chapeau de la jeune fille, les cigarettes...

      

    Chez Lulu(5)

     

    A suivre...


    12 commentaires
  •  

    Rouge.

    Pour la robe de la jeune fille j'ai finalement choisi la couleur rouge.

    Parce que c'est ma couleur préférée.

    Et parce que je veux me démarquer complètement de la photo en noir et blanc de Brassaï.

    Désolée pour ceux qui aiment le beige ou le gris oops

     

    Chez Lulu (4)

     

    A suivre...


    16 commentaires
  •  

    L'élément fondamental du choix des couleurs, pour cette scène, c'est celui de la robe de la femme blonde. Elle occupe une place centrale, et couvre une assez grande surface. Sur la photo qui m'a servi de point de départ la robe est claire, probablement grise, ou beige. Ce qui éclaire la scène noir et blanc. Les costumes des deux personnages qui l'entourent sont foncés, ce qui établit un contraste.

    Avant de prendre la décision, je passe un jus noir très dilué sur les costumes masculins. Et c'est vrai que tout de suite le personnage féminin prend du relief.

     

    Beige ? Gris ? Bleu clair ?

     

    Chez Lulu (3)

     

     A suivre...


    14 commentaires
  •  

     Suite de l'article paru le 14 juillet 2014 .

    Après les visages, j'ai ébauché les mains. La ronde des visages et des mains, c'est quelque chose qui m'intéresse toujours.

    Oui, je sais, ce n'est pas comme ça qu'on peint, on doit faire "avancer" le tableau dans sa globalité. Seulement le tableau est pratiquement terminé dans ma tête, avec seulement quelques points d'interrogation qui se résoudront au fur et à mesure de l'avancement et entraîneront la suite du voyage...

    Et tant pis si ce n'est pas la construction classique. Je connais les bases de la création d'un tableau, le cheminement traditionnel, mais après, je fais ce que je veux ! OK ? :malabar:

     

    Chez Lulu (2)

     

    A suivre...


    10 commentaires
  •  

    Voici le cheminement de la création de ma dernière grande toile (1m x  1,60 m) pour l'exposition de groupe ayant pour thème, comme chaque année "La vigne et le vin".

    Pour cette toile, je suis partie d'une photo de Brassaï prise chez Lulu de Montparnasse, personnage haut en couleurs des années 30. J'ai gardé la structure, les personnages, mais j'ai réinventé plus ou moins le décor pour l'adapter à notre région, lui donner une "couleur locale".

    Et bien évidemment, j'ai mis en couleur cette photo contrastée noir et blanc .

     

    Aujourd'hui je vous montre le tout début. 

    Report du dessin par la méthode "du carreau", au crayon graphite sur la toile préalablement "nourrie" au gesso blanc.

     

    Chez Lulu (1)

     

    Et comme bien souvent, je commence par les visages, il faut déjà faire "vivre" la toile. Pour moi les visages sont déterminants, ils créent l'ambiance psychologique de la scène.

     

    Chez Lulu (1)

     

    Huile sur toile 1 m x 1,60 m

     

    A suivre...

     


    10 commentaires
  •  

    Une lumière dure sur ce modèle qui posait pour la première fois. Elle était sans doute un peu anxieuse. C'est peut-être pour cela que je l'ai "noyée" dans un fond bicolore un peu étrange. Je ne sais pas.

    Oui, je sais...les ombres sont TRES vertes....

    Ces couleurs fortes, ces ombres dures sur le corps, créent pour cette toile une ambiance bizarre.

    Le fond granuleux me plaît bien.

     

    Contrastes

    Huile sur toile 61 x 50


    14 commentaires
  •  

     

    Pour une fois je n'avais pas peint devant modèle vivant, mais j'avais reproduit en grand format un de mes croquis de dix minutes.

    Eh bien quelle galère !

    Je me suis aperçue qu'en agrandissant le dessin suivant la méthode du carreau, j'agrandissais aussi les erreurs de proportions qui passaient à peu près bien en petit format mais plus du tout en étant agrandis.

     

    Voici le dessin de départ, (exécuté en dix minutes comme d'habitude) : 

     

    Dans mes archives (28) : Chagrin (en lumière rasante)

     Encres et aquarelle sur papier aquarelle environ 30 cm x 20 cm

     

    J'ai travaillé sur un fond clair, blanc cassé, au lieu du fond noir habituel. Et j'ai essayé de respecter les taches de couleurs du dessin (c'était ma période rouge/vert oops). De plus, la toile était "sablée", rugueuse, ce qui donne un effet particulier.

    Voici le résultat photographié au soleil couchant, entrant par la fenêtre de mon atelier, en lumière rasante :

     

    Dans mes archives (28) : Chagrin d'amour

    Huile sur toile "sablée" 73 x 60

    Ce personnage a quelque chose de monumental qui me fait penser, en toute modestie, à Michel-Ange...he

     

    Par la suite, je l'ai "recyclée"... >>>Toile "recyclée"

     


    16 commentaires
  •   

    Elle a fréquenté l'atelier d'art pendant quelques semaines. Elle a posé pour nous une fois, pour le portrait. Puis elle n'est plus venue, je ne l'ai jamais revue. Elle était souriante et silencieuse, un peu timide.

      

    Huile sur toile 46 x 55

     


    12 commentaires
  •  

    Et voici mon "Carré" terminé !  

     

    Carré de Dames (FIN)

      Huile sur toile 1 m x 1 m 

     

    Et le voici exposé

     

     

    Carré de Dames (FIN)

     


    25 commentaires
  •  

    Je n'étais pas satisfaite de ce tableau. Cet homme au milieu de mon tableau avait quelque chose d'incongru. Pourquoi un asiatique ? les spectateurs n'allaient-ils pas se demander quel était le sens de cette sorte d'allégorie ?

    Et j'aurais été bien en peine de leur expliquer le pourquoi. Alors j'ai passé une couche de peinture noire sur le carré du centre, me demandant, encore une fois, ce que j'allais bien pouvoir y mettre pour que tout ça prenne un sens...

    Et puis j'ai pensé tout d'un coup à l'article de Jean-Marie, pour le "Tableau du samedi", à propos du peintre Albert Marquet.

      ici >>> Avec Albert Marquet

    Et je me suis souvenue de cet auto-portrait au clin d'œil que j'avais beaucoup aimé.

     

     

    Carré de Dames (10)

     Auto-portrait au clin d'œil, Albert Marquet. En noir et blanc.

     

    Et sans réfléchir plus avant, j'ai recherché cette œuvre sur internet, et j'en ai imprimé une copie en noir et blanc. Il fallait en effet être fidèle au clin d'œil, mais harmoniser les couleurs avec celles de l'ensemble. Une copie sans contrainte...Une photo couleur m'aurait trop influencée.

    Et en une petite heure j'ai exécuté une copie librement interprétée de cette œuvre charmante d'un peintre du siècle passé...

    Et du coup l'ensemble prenait un sens. Un peintre avec quatre modèles si différents, le passé et le présent, le féminin multiple et l'artiste gourmand de beauté féminine...

     

    Carré de Dames (10)

     

    Elle n'est pas bonne, mon idée ? wink2

     

    A suivre...


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique